Bible facile

Bible facile

Lisons la Bible à tout moment et marchons avec le Seigneur

Voir les faits et la vérité me permet de discerner les rumeurs du PCC

Trompé par les rumeurs du PCC, j’ai une fois empêché ma mère de croire en Dieu. Plus tard, la compréhension des faits m’a permis de déceler les rumeurs du PCC. Ayant le discernement, je suis enfin venu devant Dieu.

26 May 2019

« Maman, il ne faut plus que tu croies en Dieu. Regarde ce qu’ils disent sur Internet ! »

« Tu ne dois pas croire ce que dit le gouvernement chinois. Ce ne sont que des rumeurs et des mensonges… »

« C’est expliqué même aux informations, et tu veux toujours croire en Dieu ? »

……

Chaque fois que je songe à cette époque, il y a quelques années, quand je croyais aux rumeurs du PCC et que j’essayais d’empêcher ma mère de croire en Dieu, quand je me méfiais des frères et des sœurs et les tentais, je suis prise de remords. En même temps, je suis pleine de gratitude pour l’amour de Dieu qui ne m’a jamais quittée, car c’est cet amour qui m’a permis d’y voir clairement sur ces rumeurs et de revenir à Dieu. Quand j’y repense maintenant, je revis mentalement chaque moment de ce passé…

Mère et fille, mais étrangères l’une à l’autre

Quand j’avais huit ans, mon père est tombé malade et il est mort, et ma mère et moi, nous avons dû faire front commun et dépendre l’une de l’autre. À cette époque, ma mère souffrait beaucoup et avait toujours l’air triste. Elle devait aussi travailler tous les jours, toute la journée, et elle ne me tenait jamais au courant de rien. Elle ne se souciait jamais beaucoup de ma vie ni de ma scolarité, et quand elle était de mauvaise humeur, il lui arrivait souvent de se mettre en colère contre moi. J’éprouvais donc de l’aversion envers ma propre mère, et je n’avais jamais envie de lui parler des difficultés que je rencontrais. Avec le temps, nos échanges sont devenus de plus en plus rares, et bien que nous vivions sous le même toit, nous devenions comme des étrangères l’une pour l’autre et je me sentais de plus en plus esseulée…

Trompée par des rumeurs, j’essaie d’empêcher ma mère de croire en Dieu

Un jour de novembre 2012, deux personnes sont venues nous rendre visite et ont parlé à ma mère de la foi en Dieu. Après cela, ma mère s’est mise à lire tous les soirs, à son retour du travail, le livre « le Rouleau ouvert par l'Agneau » Intriguée, je lui ai demandé : « Maman, qu’est-ce que c’est, le livre que tu lis ? » Elle a souri et m’a répondu : « Ce sont les paroles exprimée par Dieu Tout-Puissant. Chaque parole est la vérité. Tiens, jette un coup d’œil. » Je me suis dit que j’avais lu suffisamment de livres ces dernières années au cours de ma scolarité, et j’ai donc refusé.

Cependant, quand je me suis rendu compte de l’importance que ma mère accordait à la lecture de ce livre, j’ai commencé à craindre qu’elle soit mystifiée. Je suis donc allée chercher sur Internet des informations pertinentes. Quand j’ai ouvert une page Internet et lu ce gros titre, « Les gens qui se mettent à croire en Dieu deviennent anormaux », j’ai eu des palpitations et j’ai eu très peur. J’ai tout de suite dit à ma mère qu’il ne fallait plus qu’elle croie en Dieu. Cependant, comme elle ne m’a pas écoutée et a continué à lire le livre « le Rouleau ouvert par l'Agneau » je lui ai dit ce que j’avais lu dans les médias d’information. Ayant lu sur Internet l’article en question, ma mère est restée impassible et m’a dit : « Toutes ces informations sont forgées de toutes pièces par le gouvernement chinois, et elles ne correspondent pas du tout à la réalité. » Anxieuse, je lui ai répondu : « Ils disent la même chose dans tous les médias, et tu crois toujours en Dieu ? » Ma mère est retournée dans sa chambre sans rien répondre.

À partir de ce moment, chaque fois que je la voyais prendre ce livre, je me précipitais pour lui dire de ne pas le lire. Elle ne m’écoutait pas, mais me répondait sans perdre patience : « Je sais que tu as peur que je sois mystifiée, mais depuis le temps et grâce à mes contacts avec les frères et les sœurs de l’Église de Dieu Tout-Puissant, j’ai pu me rendre compte qu’ils n’étaient pas du tout comme le dit le PCC. Quand nous nous réunissons, nous échangeons simplement sur la vérité et nous parlons de nos expériences et de notre connaissance des paroles de Dieu. Nous ne faisons rien de mal. » J’ai alors pensé : « Le gouvernement chinois met de la propagande en ligne, disant que les gens deviennent anormaux une fois qu’ils se sont mis à croire en Dieu, mais je n’ai pas du tout vu ma mère se conduire de façon anormale depuis qu’elle s’est mise à croire en Dieu. Ne se pourrait-il pas que ce que disent les autorités chinoises soit faux ? Je ferais mieux d’étudier cela de près. » Par la suite, j’ai observé continuellement la manière dont ma mère se comportait et j’ai constaté qu’elle n’était plus triste comme auparavant. Elle souriait plus souvent, et même quand elle était de mauvaise humeur, elle ne se mettait plus que très rarement en colère contre moi. Elle s’était mise aussi à se confier à moi plus souvent, elle se souciait maintenant de ma vie et de mes problèmes, et elle me parlait des paroles de Dieu pour me guider dans la résolution de ces problèmes. Et puis, chaque fois qu’il se produisait quelque chose qui la rendait heureuse ou malheureuse, elle m’en parlait. En réalisant à quel point ma mère avait changé, je me suis dit : « Après avoir lu les paroles de Dieu Tout-Puissant, ma mère n’est pas devenue anormale, contrairement à ce que dit le PCC. Au contraire, son moral ne fait que s’améliorer, elle s’intéresse tout le temps à moi, et nous nous entendons de mieux en mieux. » Au plus profond de moi, j’avais le sentiment que le livre qu’elle lisait était un bon livre. Cependant, je n’avais encore rencontré personne de l’Église de Dieu Tout-Puissant, aussi, je pensais que le mieux serait que je reste sur mes gardes.

La réalité dément les rumeurs, et peu à peu je gagne en discernement

Plus tard, plusieurs sœurs de l’Église sont venues nous rendre visite pour se réunir avec ma mère. En me voyant, elles m’ont souri et m’ont saluée. Mais dès que je les ai vues, j’ai pensé aux rumeurs que j’avais lues sur Internet, si bien que je leur ai donné l’impression que je les ignorais, mais en réalité, j’ai secrètement observé tous leurs faits et gestes. Pendant que je les observais, tout au long de leur réunion, elles ont parlé des incidents et des problèmes auxquels elles avaient été confrontées récemment, et elles ont cité des paroles de Dieu pour résoudre ces problèmes. En les écoutant, j’ai été intriguée et j’ai pensé : « Je n’ai jamais été aussi franche et ouverte avec mes bonnes amies, et je suis encore moins disposée à parler de tout ce qui peut m’arriver de gênant. Pourtant, ces sœurs sont capables d’une grande franchise et d’une grande ouverture réciproques. Elles s’entraident aussi, et elles ne se dénigrent pas. Ma mère discute si joyeusement avec elles, et cela fait tellement longtemps que je ne l’avais pas vue être aussi heureuse. J’ai le sentiment que ce qu’elles apportent à ma maman, et à notre foyer, c’est le bonheur, et ce ne sont pas de mauvaises personnes. Mais alors, comment se fait-il qu’il y ait des descriptions horribles sur Internet ? Je ne comprends vraiment pas… »

Le surlendemain, deux de ces sœurs m’ont invitée à assister à leur réunion, et j’ai été quelque peu hésitante. « Va juste les rencontrer », me suis-je dit en moi-même. Mais j’ai alors pensé aux rumeurs diffusées par le PCC et j’ai eu peur. Pourtant, si je ne les rencontrais pas, je continuerais à me sentir un peu mal à l’aise. Je me suis donc assise tranquillement sur le côté, et je les ai écoutées chanter des hymnes et échanger les paroles de Dieu, et leur réunion s’est terminée dans une ambiance joyeuse. Les rencontrer de cette manière a vraiment été pour moi quelque chose d’agréable.

En passant du temps avec ces sœurs, j’ai eu, de plus en plus, le sentiment qu’elles étaient des personnes recommandables. Les plus âgées étaient bienveillantes et aimables, et les plus jeunes étaient très sincères. Quand je me réunissais avec elles et quand j’étais en contact avec elles, je me sentais heureuse et libérée. Avec le temps, mon attitude vis-à-vis d’elles s’est peu à peu améliorée, et j’ai souvent assisté à des réunions avec elles. En songeant à mon attitude passée, je me sentais redevable envers elles. Je leur ai présenté des excuses, mais elles ne m’ont fait aucun reproche. Au contraire, elles m’ont témoigné de la compréhension et m’ont pardonnée, et elles m’ont encouragée à lire davantage les paroles de Dieu et à assister à davantage de réunions. J’en ai été très touchée.

En mettant une sœur à l’épreuve, je vois la vérité

Cependant, les rumeurs diffusées par le PCC étaient profondément enracinées en moi. Chaque fois que je repensais aux bulletins d’information du gouvernement chinois qui disaient que les gens qui croyaient en Dieu Tout-Puissant obligeaient les autres à croire en Dieu, je commençais à m’inquiéter : « Est-ce que ces sœurs ne vont pas être comme ils le disent sur Internet, et essayer de m’obliger à croire en Dieu ? Je vais faire semblant de ne pas croire en Dieu pour voir si elles essayent ou non de m’y obliger. » J’ai donc délibérément dit à une sœur que je ne croyais pas en Dieu. Inquiète, elle m’a demandé si je traversais des difficultés, et elle m’a proposé d’en parler pour que nous puissions les résoudre ensemble. Comme je n’ai pas dit grand chose, elle a fini par me dire : « Tu as pris ta décision, et on ne va pas t’obliger. Dans l’avenir, tu seras toujours la bienvenue à nos réunions, si tu as envie d’y assister. »

Pendant tout un mois, je n’ai assisté à aucune réunion et les sœurs ne m’ont pas sollicitée. Je me suis dit : « Elles ne sont pas comme le dit le gouvernement chinois. Elles n’ont pas du tout essayé de m’obliger à croire en Dieu : tout ce que dit le PCC est faux. » J’ai pensé aux jours heureux que j’avais passés avec les sœurs, et j’ai réellement voulu assister à nouveau à des réunions avec elles. Par la suite, comme la sœur Wang m’inspirait confiance, je lui ai fait part de mes réflexions et de mes préoccupations, et elle m’a lu ces paroles de Dieu : « Ceux de ta famille qui n’ont pas la foi (tes enfants, ton mari ou ton épouse, tes sœurs ou tes parents, etc.) ne devraient pas être forcés à se joindre à l’Église. La maison de Dieu ne manque pas de membres et il n’est pas nécessaire d’ajouter à son nombre avec des gens qui n’ont aucune utilité. Tous ceux qui ne croient pas volontiers ne doivent pas être conduits dans l’Église. Ce décret s’adresse à tous. À ce sujet, vous devez vous observer les uns les autres, vous surveiller et vous le rappeler et personne ne peut le violer. »

La sœur Wang a continué : « Dieu exige de nous que nous respections scrupuleusement Ses décrets administratifs. Nous ne sommes pas autorisées à faire venir de force n’importe qui dans l’Église, car c’est un décret administratif de Dieu. Nous prêchons aussi l’évangile conformément aux décrets administratifs et aux principes exprimés par Dieu, et nous ne prêchons qu’aux personnes dotées d’une bonne humanité et qui croient en Dieu. Si quelqu’un n’a pas envie de croire, alors nous respectons son choix et nous n’essayerons jamais de l’obliger. » Après que j’ai entendu ces paroles de Dieu et ces précisions de la sœur, les doutes et les soupçons qui étaient au fond de moi se sont enfin dissipés : l’Église de Dieu Tout-Puissant avait donc adopté ce système de décrets administratifs ! Ceux qui s’intéressaient à leur voie avaient le droit de choisir en toute liberté, et les frères et les sœurs dans l’Église de Dieu Tout-Puissant n’avaient jamais forcé quiconque à croire en Dieu. J’ai aussi songé à ce qu’était devenue ma mère depuis qu’elle s’était mise à croire en Dieu : elle était devenue beaucoup plus large d’esprit, elle était devenue prévenante et attentive à mon égard, et elle s’était mise à bien s’entendre avec les autres membres de la famille comme avec les voisins. Les sœurs aussi nous traitaient comme si nous étions une même famille, et elles venaient souvent aider ma mère dans son travail. Entre les sœurs, il n’y avait pas trace de manigance ni de méfiance. À présent, je voyais clairement que les avis diffusés par le PCC n’étaient que de purs mensonges destinés à tromper les gens, et je n’allais plus m’y laisser prendre.

J’ai donc commencé à assister aux réunions, et mes frères et mes sœurs se sont souvent enquis de savoir si je rencontrais une difficulté ou si quelque chose n’était pas clair pour moi. Quand je leur ai expliqué les problèmes que j’avais dans mon travail, ils ont rassemblé des paroles de Dieu et m’ont expliqué comment je pouvais affronter cette situation. Ainsi, mon problème a été résolu et je me suis sentie libérée. Avec le temps, j’ai peu à peu baissé la garde, jusqu’à abandonner toute réserve. J’ai acquis la certitude par rapport à l’œuvre des derniers jours de Dieu Tout-Puissant, et j’ai commencé à vivre une vie ecclésiale normale.

Je comprends quel est le dessein du PCC quand il invente des rumeurs

Au cours d’une réunion, j’ai demandé à une sœur son avis sur les rumeurs du PCC et je lui ai demandé ce qui motivait le PCC à inventer de telles rumeurs concernant notre Église. Elle m’a lu ce passage des paroles de Dieu : « Satan gagne sa renommée en trompant le public. Il s’affirme souvent comme un avant-coureur et un justicier modèle. Sous la bannière de la sauvegarde de la justice, il fait du tort à l’homme, dévore son âme et utilise toutes sortes de moyens pour engourdir, tromper et inciter l’homme. Son but est de faire en sorte que l’homme approuve et suive sa mauvaise conduite, que l’homme se joigne à lui en s’opposant à l’autorité et à la souveraineté de Dieu. Cependant, quand on devine ses plans, ses complots et ses viles traits et qu’on ne veut pas continuer à être piétiné et trompé par lui ou continuer à en être esclave, ou à être puni et détruit avec lui, Satan change ses traits de sainteté précédents et arrache son faux masque pour révéler son vrai visage méchant, vicieux, laid et sauvage. Il n’aimerait rien de plus que d’exterminer tous ceux qui refusent de le suivre et ceux qui s’opposent à ses forces du mal. À ce stade, Satan ne peut plus assumer une apparence digne et courtoise ; au contraire, sont révélés ses véritables traits laids et diaboliques sous la peau d’une brebis. »

En lisant les paroles de Dieu et en écoutant la sœur, j’ai fini par réaliser que le gouvernement chinois est athée et que depuis son arrivée au pouvoir, il qualifie le christianisme de secte malfaisante, désigne la Bible comme le livre d’une secte malfaisante et s’emploie frénétiquement à réprimer et à arrêter les chrétiens. En apparence, il promeut la liberté de religion, mais c’est seulement pour tromper les gens ordinaires. Il déteste la vérité et déteste Dieu par-dessus tout, et il a peur des croyants parce que lorsque les gens comprennent la vérité, ils acquièrent du discernement et rejettent le PCC. En conséquence, afin d’empêcher les gens de croire en Dieu, d’atteindre son objectif pernicieux de régenter et de contrôler le peuple à jamais et de faire de la Chine une région athée, le PCC se sert de divers médias comme l’Internet, la télévision et les journaux pour discréditer l’Église de Dieu Tout-Puissant et propager des rumeurs la concernant, et de façon gratuite, il diffame l’œuvre de Dieu. Privés de la vérité, les gens n’ont pas de discernement et sont susceptibles d’être trompés par les rumeurs diffusées par le PCC, et ils n’osent pas examiner ni accepter l’œuvre de Dieu des derniers jours. C’est ainsi qu’ils perdent leur chance d’obtenir de Dieu le salut final. Grâce aux révélations des paroles de Dieu et à mes contacts avec les frères et les sœurs, j’ai fini par me rendre compte que tout ce que disait le PCC n’était que rumeurs et mensonges, et pourtant, je croyais encore naïvement que le gouvernement ne pouvait pas tromper le peuple et que tout ce qu’il faisait, il le faisait pour notre protection. Or, confrontée à la réalité, j’ai finalement percé à jour l’essence réactionnaire du PCC dans sa résistance et son opposition à Dieu. Nous autres êtres humains, nous avons été créés par Dieu, et croire en Dieu et Le vénérer est une loi immuable du ciel et de la terre. Et cependant, le gouvernement chinois invente toutes sortes de rumeurs pour nous tromper et nous empêcher de croire en Dieu, dans l’espoir vain de faire de nous ses complices dans sa résistance à Dieu, de telle sorte que nous soyons détruits par Dieu au bout du compte : le PCC est vraiment odieux ! C’est alors que j’ai songé à nouveau à la façon dont j’avais été trompée par les rumeurs du PCC et avais essayé d’empêcher ma mère de croire en Dieu. Je ne la laissais pas lire les paroles de Dieu et j’avais douté, je m’étais méfiée de mes sœurs et j’avais tenté de les éprouver. J’ai eu très honte de ma propre rébellion, et j’ai regretté d’avoir fait des choses qui s’opposaient à Dieu.

Par la suite, j’ai lu ces paroles de Dieu : « Le Tout-Puissant a pitié de ces gens qui souffrent profondément. En même temps, Il en a assez de ces gens qui n’ont pas de conscience, parce qu’Il doit attendre trop longtemps pour une réponse de l’homme. Il veut chercher, chercher ton cœur et ton esprit. Il veut t’apporter de la nourriture et de l’eau et te réveiller, de sorte que tu n’aies plus soif, que tu n’aies plus faim. […] Il est à tes côtés et veille sur toi, et Il attend que tu te tournes à nouveau vers Lui. Il attend le jour où ta mémoire va soudain se réveiller : pour comprendre que tu es venu de Dieu, et d’une manière ou d’une autre tu t’es perdu quelque part en tombant inconscient sur la route et puis que sans le savoir tu as un « père ». Tu réalises en outre que le Tout-Puissant a toujours été là à te surveiller, en attendant tout le temps ton retour. » Ayant lu ce passage des paroles de Dieu, j’ai pris conscience de l’amour de Dieu et des efforts inlassables qu’Il déployait pour sauver l’homme. Auparavant, j’avais été très profondément induite en erreur par des rumeurs et j’avais fait des choses qui s’opposaient à Dieu. Et pourtant, Dieu avait pris en pitié ma sottise et mon ignorance et ne s’était pas formalisé de mes transgressions. Il avait fait en sorte que des frères et des sœurs se donnent la peine de me faire partager Ses paroles, ce qui m’avait permis de voir la vérité et de percer à jour l’intention perverse derrière la diffusion de rumeurs par le gouvernement chinois. Autrement, je n’aurais jamais pu échapper à cette intoxication, discerner clairement le bien et le mal et faire clairement la différence entre le vrai et le faux, et j’aurais finalement perdu le salut des derniers jours de Dieu. L’amour de Dieu est vraiment magnifique.

Mon expérience m’a permis de voir que même si le gouvernement chinois invente toutes sortes de rumeurs pour discréditer l’Église de Dieu Tout-Puissant et opprime frénétiquement ses membres, non seulement il n’a pas pu faire disparaître l’œuvre de Dieu, mais à l’inverse, de plus en plus de gens perçoivent l’essence résistante à Dieu du PCC. Ils voient aussi que chaque parole exprimée par Dieu est la vérité, que ces paroles peuvent effectivement sauver les hommes, et ils reviennent à Dieu les uns après les autres. Dieu est vraiment tout-puissant et sage ! Cela m’a permis de voir que le PCC est quelque chose que Dieu utilise pour rendre un service, et comme faire-valoir : la sagesse de Dieu s’exercera toujours en fonction des procédés trompeurs de Satan !

Lijing, Chine


En lire plus : Trois principes pour que les chrétiens identifient les rumeurs

Contactez-nous

Bienvenue à BIBLE EN LIGNE ! Pour toutes questions ou confusion dans la croyance en Dieu, veuillez nous contacter.

Bible facile

Newsletter

Abonnez-vous à notre site Web pour recevoir de riches ressources de dévotion.

subscription

Retour à Dieu

Retour à Dieu

Retour à Dieu

La rubrique « Retour à Dieu » partage l’expérience des chrétiens de différents pays qui suivent les pas de l’Agneau sous la direction du Saint-Esprit et accueillent le retour du Seigneur Jésus.

Trouver Dieu, c’est le vrai bonheur (2)

Après avoir prié, j’ai lu quelques paroles de Dieu : « “Homme sans argent est un loup sans dent” est la philosophie de Satan et elle prévaut dans toutes les sociétés humaines. Vous pourrie…

18 juillet 2018 7 min de lecture
Trouver Dieu, c’est le vrai bonheur (2)

Veuillez lire et accepter notre politique de confidentialité ci-dessous avant de lancer la discussion avec nous.

Avez-vous lu et accepté notre politique de confidentialité?