La Parole de Dieu Tout-Puissant m’a conduite hors de l’esclavage du péché

Un jour, après une réunion, j’ai dit à mon dirigeant de l’église : « Frère Yan, il y a une question qui m’intrigue depuis longtemps. J’aimerais vous poser des questions à ce sujet. » Frère Yan a dit : « Que le Seigneur en soit remercié ! Quelle est votre question ? » Dîtes-moi. Je demandais : « Nous vivons tous les jours dans l’état de péché et confessons chaque nuit, et sommes liés par le péché sans en être libérés. Comment pouvons-nous atteindre la sainteté ? » Frère Yan répondit avec assurance : « Bien que nous continuions à pécher, le Seigneur Jésus a pardonné tous nos péchés. Le sacrifice d’expiation est efficace pour toujours. Puisque nous croyons au Seigneur Jésus, nous sommes déjà appelés justes. Il est dit dans la Bible : “C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes. ” (Hébreux 10 : 10). Donc, nul besoin d’en être troublée. Nous pouvons nous libérer de l’esclavage du péché et devenir saints seulement si nous nous confessons et nous repentons de nos péchés devant le Seigneur. Maintenant, tant que nous courons çà et là et nous dépensons pour le Seigneur et que nous faisons des efforts pour faire l’œuvre du Seigneur, nos actions peuvent être considérées comme justes et vont certainement recevoir l’approbation du Seigneur ! » J’ai répondu avec perplexité : « Je ne pense pas que croire en Dieu soit si simple. Est-ce que seulement croire au Seigneur Jésus pourrait représenter la purification ? La Bible dit, “ […] pour que vous soyez saints ; car je suis saint.” (Lévitique 11 : 45). “ […] sans laquelle personne ne verra le Seigneur” (Hébreux 12 : 14). And the Lord Jesus also said, “Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité.” (Jean 17 : 17). Donc, si nous voulons être purifiés, nous devrions chercher le chemin de la vérité. » Frère Yan dit : « Le Seigneur traite celui qui croit en Lui avec miséricorde et une tendre attention. La Bible dit, “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.” (Jean 3 : 16). Dieu aime l’homme. Il considère chacun de nous comme la prunelle de Ses yeux et nous a même donné Son fils unique. Tant que nous faisons confiance sincèrement au Seigneur Jésus, nous sommes justifiés par la foi, et donc purifiés…D’accord, j’ai autre chose à faire. Je pense que cela suffit pour aujourd’hui. Sur ce, » il se retourna et partit.

Je suis retourné à mon salon de coiffure, et je me suis assise sur le canapé, découragée et faible, en pensant à l’échange avec Frère Yan : « Il ne m’avait pas du tout montré le moyen de m’entraîner. Et puis je me suis rappelée que pendant ma foi dans le Seigneur ces années-là, bien que j’aie assisté avec enthousiasme à chaque réunion, pour beaucoup de choses, je n’avais pas été capable d’agir selon les enseignements du Seigneur. Dans l’église, bien qu’il semblait y avoir peu de disputes entre les autres frères et sœurs et moi en apparence, j’avais encore des préjugés contre les autres quand je voyais quelque chose qui ne me plaisait pas. À la maison, j’étais incapable de pratiquer la patience quand je ne pouvais pas supporter le comportement de mon mari. Mon genre de croyance ne pouvait sûrement pas recevoir l’approbation du Seigneur ! Je tournai la tête vers la Bible couchée silencieusement sur le bureau, les larmes coulant librement sur mon visage. J’ai crié dans mon cœur : « Oh Seigneur ! Où es – tu ? »

Puis, une cliente régulière, Sœur Zhou, est arrivée en souriant. Je me suis retournée précipitamment, essuyée mes larmes, puis je me suis levée lentement. Sœur Zhou a demandé avec inquiétude : « Sœur Li, qu’est-ce qui ne va pas ? » Tu n’as pas l’air bien. « Ce n’est rien. » Ai-je dit faiblement avec un sourire forcé, puis commença à laver et à tailler ses cheveux. Elle a jeté un coup d’œil à la Bible sur le bureau et m’a demandée : « Sœur, comment va ta vie spirituelle ces jours-ci ? » En entendant cela, je n’ai pas pu cacher ma tristesse, et des larmes ont coulé à nouveau sur mon visage. J’ai dit tristement : « Je ne peux pas sentir la présence du Seigneur. Je sens l’obscurité dans mon esprit. Je vis souvent dans le péché et je suis impuissante à m’en libérer. Je ne sais vraiment pas comment marcher sur le chemin qui m’attend. » Sœur Zhou m’a réconfortée : « Sœur Li, ne sois pas si triste. Le Seigneur nous guidera. Mon état passé était le même que le tien. Plus tard, j’ai lu un bon livre, et ce que j’ai lu a résolu mon agonie et ma confusion. Ma foi a augmenté, et j’ai aussi appris à marcher sur le chemin qui m’attend. » En entendant cela, j’ai regardé de plus près Sœur Zhou, et j’ai constaté qu’effectivement elle semblait beaucoup mieux qu’avant. Après la coupe de cheveux, Sœur Zhou s’est levée, a sorti un livre de son sac et me l’a passé. Elle a dit : « Ma sœur, tu devrais lire attentivement ce livre, prier davantage Dieu et demander Sa direction, et alors ta confusion sera sûrement résolue. » Je me suis dit : « J’ai lu beaucoup de livres spirituels, mais aucun d’entre eux n’a eu raison de mon agonie. Il ne peut pas y avoir un livre aussi bon ! » Alors, j’ai dit à Sœur Zhou : « Tu ferais mieux de le garder. Il y a beaucoup de livres dans la maison de ma mère. » Sœur Zhou a dit sérieusement : « Ce livre est différent des autres livres. Tu ferais mieux de le garder et de le lire ! » Voyant ses yeux sincères, je sentis qu’il était impoli de la rejeter, alors je lui pris le livre de ses mains.

Au crépuscule, j’ai fermé ma boutique et je suis allé chez ma mère. Voyant mon visage triste, ma mère a demandé avec inquiétude : « Comment était la réunion aujourd’hui ? » J’ai soupiré et dit : « Cela a été la même chose que d’habitude. » Ma sœur aînée a dit : « Peu importe, lisons la Bible. » A ce moment-là, j’ai pensé au livre que m’avait donnés Sœur Zhou et j’ai dit : « Sœur Zhou m’a donné un livre dans ma boutique tout à l’heure. Elle a dit que ce livre pourrait résoudre ma confusion spirituelle. Que diriez-vous de le lire ensemble ? » Très bien. S’il te plaît lis-le pour nous. Ma mère a-t-elle répondu. J’ai ouvert la première page et j’ai lu : « Bien que beaucoup de gens croient en Dieu, peu comprennent ce que signifie avoir foi en Dieu et ce qu’ils doivent faire pour être selon le cœur de Dieu. En effet, bien que les gens soient familiers avec le mot “Dieu” et des expressions telles que “l’œuvre de Dieu”, ils ne connaissent pas Dieu, encore moins Son œuvre. Pas étonnant donc que tous ceux qui ne connaissent pas Dieu aient une croyance confuse. Les gens ne prennent pas la croyance en Dieu au sérieux parce que croire en Dieu est trop inconnu, trop étrange pour eux. De cette façon, ils ne répondent pas aux exigences de Dieu. En d’autres termes, si les gens ne connaissent pas Dieu et ne connaissent pas Son œuvre, alors ils ne sont pas aptes à être utilisés par Dieu, encore moins peuvent-ils réaliser le désir de Dieu. “La croyance en Dieu” signifie croire qu’il y a un Dieu ; c’est le plus simple concept de la foi en Dieu. De plus, croire qu’il y a un Dieu n’est pas la même chose que croire véritablement en Dieu ; au contraire, c’est une sorte de foi simple avec de fortes connotations religieuses. » (Extrait de « Préface »). J’ai été choquée par ces mots et j’ai dit avec un froncement de sourcils : « Est-ce que c’est être confuse de croire en Dieu sans connaître Dieu ? Nous pensons toujours que tant que nous lisons davantage les Écritures, que nous nous rassemblons davantage et que nous sommes prêts à souffrir, cela signifie que nous croyons vraiment en Dieu. Mais selon ce livre, la croyance sans connaître Dieu n’est qu’une forme de foi religieuse. Ne crois-je pas vraiment au Seigneur ? »

lire la Bible

Ma mère m’a demandée en retour : « Je lis les Écritures, je participe à des réunions et j’offre de l’argent ; N’est- ce pas tout ceci la vraie foi en Dieu ? Si non, alors quelle est la vraie foi en Dieu ? » Ma sœur a dit : « Lisons les mots ci-dessous. » J’ai baissé la tête et continué à lire : « La vraie foi en Dieu signifie faire l’expérience de la parole et de l’œuvre de Dieu sur la base d’une croyance que Dieu est souverain sur toutes choses. Ainsi tu seras libéré de ton tempérament corrompu, satisferas le désir de Dieu et connaîtras Dieu. » ( Extrait de « Préface » ). Quand j’ai lu cela, ma sœur a dit avec étonnement : « Ces mots sont si merveilleux ! Juste ces quelques mots expliquent si clairement la foi en Dieu. Donc, nous ne croyons pas vraiment en Dieu si nous nous réunissons simplement et prions. La vraie foi en Dieu se rapporte à être libéré du tempérament corrompu, à connaître Dieu et à satisfaire Dieu. » J’ai dit : « Pour atteindre la vraie foi, nous devons nous débarrasser de notre tempérament corrompu. Cependant, je ne peux toujours pas pratiquer conformément aux enseignements du Seigneur et je suis toujours liée par le péché. Je ne suis pas débarrassée de mon tempérament corrompu du tout. Il semble que je ne crois pas vraiment en Dieu. » Ma sœur a déploré : « Moi non plus. Je n’ai jamais pris au sérieux la croyance en Dieu et je n’ai pas non plus pensé à la volonté de Dieu. Après avoir lu ce passage, je me rends compte que j’ai cru au Seigneur d’une manière confuse pendant toutes ces années. Je ne fais que faire passer mes jours. Ces mots sont si pratiques, et ils ont l’éclairage du Saint-Esprit ! » Ma mère a dit : « Qui peut contrôler les péchés dans son cœur ? Le Seigneur est compatissant et fait grâce. Tant que nous faisons vraiment confiance au Seigneur Jésus, nous sommes justifiés par la foi, et donc purifiés. » J’ai secoué la tête et dit : « Il est écrit dans la Bible, “ […] pour que vous soyez saints ; car je suis saint.” (Lévitique 11 : 45). “ […] sans laquelle personne ne verra le Seigneur” (Hébreux 12 : 14). Le Seigneur est saint, donc nous ne sommes pas qualifiés pour Le voir car nous sommes toujours pécheurs. Comment pouvons-nous rejeter les péchés et servir la volonté du Seigneur ? » Ma sœur a dit : « D’une certaine manière, je pense que ces paroles sont un peu similaires aux paroles du Seigneur Jésus. Pourraient-elles être les paroles du Seigneur ? » Nous avons alors été toutes les trois immergées dans nos pensées, et n’avons plus parlé. J’ai posé doucement le livre, me suis levée avec le sentiment d’être perdue et suis retournée dans ma chambre. Allongée sur le lit, je me suis retournée encore et encore, sans pouvoir m’endormir. Je me suis demandée encore et encore : « Que dois-je faire pour me débarrasser de mes péchés et recevoir l’approbation du Seigneur ? »

Le lendemain, à l’aube, je demandai à ma sœur ce qui m’avait dérangé toute la nuit : « Comment pouvons-nous nous débarrasser des péchés ? » Elle répondit avec physionomie perplexe : « Je n’ai pas bien dormi toute la nuit. Et je réfléchissais à cette question, mais je ne trouvais pas de réponse. » Je réfléchis un moment puis je dis : « Je pense que ce livre diffère de tous les autres livres spirituels. Que dirais-tu d’en lire plus ? » Ma sœur a répondu : « Très bien ! » Puis nous avons commencé à le lire au bureau, tout à coup nous lisions un tel passage : « Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas supprimée et demeurait en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifie pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais l’homme était incapable de résoudre le problème de comment ne plus pécher, de rejeter à jamais sa nature pécheresse et d’être transformé. Cela lui posait toujours problème. » ( Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) » ). Après avoir lu cela, mon cœur a soudainement été illuminé, et j’ai dit avec joie : « Alors Dieu n’a pas fait l’œuvre de rejet des tempéraments corrompus de l’homme, et l’homme a été incapable de résoudre ses péchés. Effectivement ! Si Dieu ne faisait pas Son œuvre, nous ne pourrions pas résoudre nos péchés, peu importe combien nous avons essayé. » Ma sœur hocha la tête en accord. Et puis nous avons continué à lire : « Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause du travail de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur vieux tempérament satanique corrompu. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés du tempérament satanique corrompu afin que la nature pécheresse des hommes soit complètement supprimée et qu’elle ne croisse plus jamais, permettant ainsi au tempérament des hommes de changer. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que le tempérament des hommes puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils rejettent le tempérament satanique corrompu, se dégagent de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi se libèrent pleinement du péché. Alors seulement le salut des hommes sera complet. » ( Extrait de « Le mystère de l’incarnation (4) » ) J’ai dit avec enthousiasme : « Ces mots “que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, ” “la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament, ” “ainsi se libèrent pleinement du péché, ” et “le salut des hommes sera complet” mentionnées ici sont toutes les questions qui nous préoccupent le plus. Nous avons l’espoir de nous libérer de l’esclavage du péché et d’être purifiées ! » Ma sœur a également dit avec ravissement : « Ces mots sont si formidables ! Aucune personne spirituelle n’est capable de prononcer de tels mots. Ces mots pourraient bien être les paroles de Dieu ! » Plus nous lisions, plus nous étions transportées de joie. Puis nous avons lu : « Quand Jésus vint parmi les hommes, Il inaugura l’ère de la Grâce et acheva l’ère de la Loi. Pendant les derniers jours, Dieu devint chair une fois de plus et, quand Il devint chair cette fois, Il acheva l’ère de la Grâce et inaugura l’ère du Règne. Tous ceux qui acceptent la seconde incarnation de Dieu seront conduits dans l’ère du Règne et pourront accepter personnellement la direction de Dieu. » ( Extrait de « Préface » ). J’étais ravie, et mes mains, tenant le livre, tremblaient légèrement. Avec des larmes dans mes yeux, j’ai dit : « Le Seigneur est revenu ! Le Seigneur est déjà revenu ! Il a apporté une nouvelle ère et fait une nouvelle œuvre ! » Ma sœur a également dit avec enthousiasme : « Ouais, seul Dieu peut prononcer de telles paroles, et seul Dieu peut amener l’humanité dans la nouvelle ère. » J’ai dit : « Je vais visiter Sœur Zhou et demander à savoir plus. » Super ! Répondit ma sœur.

Pages: 1 2 3

* Si vous recevez une révélation de Dieu, nous serons ravis de la partager avec vous via notre fenêtre de discussion instantanée située en bas de notre page web ; ou écrivez-nous à l’adresse info@lesalut.org. Nous espérons sincèrement grandir spirituellement en communiant les uns avec les autres.

Cela vous intéresse-t-il peut-être de :

Évangile du jour – Matthieu 12:50 Car, quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère. Matthieu 12:50 Réflexion...
1 Avril 2018 – Proverbes 15:33 La crainte de l’Éternel enseigne la sagesse, Et l’humilité précède la gloire. Proverbes 15:33 Réflexion sur le verset du jour La crainte de...
« Pierre, M’aimes-tu ? » Pourquoi Jésus a-t-il demandé à Pierre trois fois ? Le Nouveau Testament rapporte : « Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *