Bible facile

Bible facile

Lisons la Bible à tout moment et marchons avec le Seigneur

J’ai bénéficié de la grâce immense de Dieu dans la maladie (I)

Une maladie soudaine m’a fait souffrir et m’a plongé dans la dépression En 2011, quand j’avais 17 ans et étais inscrit au lycée, je me suis rendu à l’hôpital pour effectuer un examen …

23 June 2018

Une maladie soudaine m’a fait souffrir et m’a plongé dans la dépression

J’ai bénéficié de la grâce immense de Dieu dans la maladie (I)

En 2011, quand j’avais 17 ans et étais inscrit au lycée, je me suis rendu à l’hôpital pour effectuer un examen médical. Une infirmière m’a dit que j’avais contracté l’hépatite B et que je devais rencontrer un médecin immédiatement. A cet instant, J’ai ressenti un bourdonnement soudain dans la tête et j’ai eu l’impression que tout mon sang y montait. J’ai pensé : C’est fini. Ma grand-mère était morte d’un cancer et mon oncle était mort du cancer du foie. Ils se sont éteints après avoir enduré des souffrances atroces. Serait-ce maintenant mon tour ? Mourrai-je également de la même façon ? Cette maladie peut-elle être guérie ? J’ai senti ma main trembler en tenant mon rapport de contrôle. Après, j’ai marché lourdement vers l’étage afin de rencontrer un médecin. Ce dernier m’a dit : « Tu es atteint d’une maladie très grave, alors je ne peux te promettre la guérison. Cependant, si tu ne reçois aucun traitement, elle progressera vers un cancer du foie et à ce stade-là, il sera trop tard pour que tu sois traité. » Après l’avoir écouté, j’étais même plus inquiet : le médecin ne peut même pas donner l’assurance que cette maladie puisse être guérie. Je ne sais vraiment pas comment y faire face. A ce moment-là, j’étais confus au sujet de mon avenir comme-ci la moitié du ciel s’était effondrée.

Sur le chemin du retour à la maison, j’ai senti que je titubais et je n’ai pu empêcher mes larmes de couler. Je m’interrogeais sans cesse : je n’ai que 17 ans et je suis si jeune. Pourquoi moi, pourquoi suis-je atteint par cette maladie ? Pourquoi ne puis-je profiter d’une aussi bonne santé que les autres ? Dans le futur, je ne pourrai exercer autant de métiers que les autres. Que ferai-je ? Pendant cette période, je continuais d’aller à l’école comme d’habitude. Cependant, je n’ai pas osé dire à mes camarades de classe autour de moi que j’étais porteur de cette maladie car j’ai eu peur qu’ils se moquent de moi, qu’ils me marginalisent et me considèrent comme quelqu’un de particulier et d’étrange. Ainsi, j’avais l’habitude de prendre mes repas seul. Chaque fois que je pensais à ma maladie, je pleurais. La pression des études et l’idée envahissante d’être malade m’ont plongé dans une grande dépression. Parfois, je me penchais seul par la fenêtre et je regardais le paysage à l’extérieur en essayant de mettre ainsi fin à la dépression qui rongeait mon cœur.

La foi en Dieu m’a permis de rester fort, courageux et de voir les actions du Seigneur.

Pendant ce temps-là, j’allais constamment vers le Seigneur et je Lui adressais cette prière : « Oh Dieu ! Maintenant, j’ai très peur, j’ai trop mal et je pense que la pression que je ressens est plutôt importante. Seigneur, j’espère vraiment pouvoir me porter mieux et être autant en bonne santé que les autres. Seigneur, je suis très incertain ; je ne sais quelle attitude adopter face à ma maladie ni comment aller de l’avant. Pardon Seigneur, éclaire-moi et guide-moi afin que je comprenne Ta volonté et que je m’affranchisse de cette situation malheureuse. »

Au début, je n’ai pas osé parler de ma maladie à mes frères et sœurs car j’avais peur de la manière dont ils me regarderaient. Pourtant, j’étais extrêmement déprimé parce que je gardais tout ceci pour moi. Plus tard, au cours d’une rencontre, j’ai rassemblé mon courage et je leur en ai parlé. Non seulement ils ne se sont pas moqués de moi, mais ils ont lu quelques extraits de la parole de Dieu pour m’aider et me soutenir, ce à quoi je ne m’attendais guère. Ensuite, une sœur a partagé avec moi un extrait de cette parole : « Quand survient la maladie, c’est dû à l’amour de Dieu et Ses bonnes intentions sont certainement derrière cela. Même quand ton corps endure la souffrance, n’accepte aucune idée de Satan. Loue Dieu au milieu de la maladie et réjouis-toi en Dieu au milieu de ta louange. Ne te décourage pas face à la maladie, continue à chercher, ne perds jamais espoir et Dieu fera briller Sa lumière sur toi. Jusqu’à quel point Job a-t-il été fidèle ? Dieu Tout-Puissant est un médecin tout-puissant ! Rester dans la maladie, c’est être malade, mais rester dans l’esprit, c’est être bien. Si tu n’as qu’un seul souffle, Dieu ne te laissera pas mourir. » « La foi est comme un pont à tronc d’arbre unique. Ceux qui se cramponnent totalement à la vie auront du mal à la traverser, mais ceux qui sont prêts à se sacrifier pourront traverser sans problèmes. Si les hommes ont des pensées timides et craintives, ils sont dupés par Satan. Il craint que nous traversions le pont de la foi pour entrer en Dieu. Satan conçoit tous les moyens possibles pour nous communiquer ses pensées. Nous devons toujours prier pour que la lumière de Dieu brille sur nous et nous devons toujours compter sur Dieu pour nous purifier du poison de Satan. Dans notre esprit, nous pratiquerons toujours à nous rapprocher de Dieu. Nous laisserons Dieu dominer sur tout notre être » (Extrait de « Déclarations de Christ au commencement »).

Une autre sœur s’est patiemment adressée à moi : « Dieu est tout puissant et tout est entre Ses mains. Ce qui adviendra de notre condition physique ne dépend pas du médecin mais de Dieu. Tant que nous faisons vraiment confiance à Dieu et nous tournons vers Lui, je pense qu’Il nous guidera. L’Ancien Testament révèle que Job avait perdu ses enfants et sa richesse, que son corps était recouvert de furoncles douloureux. Confronté à une telle expérience, il est resté pieux. Il ne comprenait certes pas la volonté de Dieu, mais il croyait que Dieu était juste à ses côtés et que tout ce qui avait trait à l’homme ainsi que la vie de celui-ci et sa mort étaient entre les mains de Dieu. En dépit du fait que Job avait des faiblesses, il n’est pas devenu pessimiste ou est resté en retrait. Au contraire, il a constamment prié Dieu dans son cœur et a loué Son saint nom. Enfin, il a témoigné de Dieu en rabaissant de ce fait Satan. Au même moment, il a obtenu l’approbation et les bénédictions de Dieu. Nous devons aussi suivre l’exemple de Job, c’est-à-dire nous présenter devant Dieu assez souvent pour Le prier, Le supplier de nous éclairer, de nous éloigner des tromperies de Satan afin que naisse notre foi sincère en Lui et que nous témoignions de Lui. »

Après avoir écouté l’échange de la sœur, j’étais très ému. Quand j’étais faible et ne percevait point la volonté de Dieu, ll me permettait de la comprendre grâce au soutien et à l’aide de mes frères et sœurs. J’ai vraiment senti que Dieu ne m’avait pas abandonné et que Se tenant près de moi, Il m’accompagnait. Il a dit : « Rester dans la maladie, c’est être malade, mais rester dans l’esprit, c’est être bien. » ( Extrait de « La sixième déclaration » ) Ses paroles m’ont donné la foi. J’étais prêt à suivre l’exemple de Job et lorsque la maladie a surgi, j’ai voulu avoir la foi en Dieu et témoigner de Lui. Après, j’ai remis mon état de santé entre Ses mains pendant que je recevais effectivement un traitement. Qui aurait pensé six mois plus tard, lorsque je me suis rendu à l’hôpital afin de subir un autre examen, le médecin me dirait que je me porte mieux et que le virus était sous contrôle. Après avoir écouté ce dernier, j’étais très excité. J’ai su que Dieu m’apportait ainsi Sa protection et Sa bénédiction. Merci Seigneur !

Quand ma maladie a commencé à s’aggraver, j’étais rongé ces soucis

En 2015, je me suis rendu aux États-Unis pour étudier. Au début, j’ai eu l’impression que tout ce qui s’y trouvait m’était complètement étranger. Heureusement, Dieu m’ayant guidé, je suis rapidement entré en contact avec les frères et sœurs qui se trouvaient dans ce pays et ma vie à l’église a commencé. Ensuite, j’ai souvent lu la parole de Dieu, prêché l’évangile et exécuté des tâches avec mes frères et sœurs. Quelquefois, lorsque les heures de prêche et les heures de cours coïncidaient, sans hésitation, je choisissais de demander un congé afin de remplir ma tâche. Je me disais : les leçons peuvent être rattrapées plus tard, mais bien sûr, je peux bénéficier des bénédictions éternelles si j’accomplis convenablement mon devoir. Je ne peux pas manquer d’une opportunité aussi rare.

Un jour, j’ai remarqué que l’un de mes camarades de classe était de mauvaise humeur. En conversant avec lui, j’ai appris qu’il avait été diagnostiqué chez l’un des membres de sa famille, une hépatite B en phase terminale lors d’un contrôle récent. Après l’avoir écouté, je me suis souvenu que j’étais aussi atteint de cette maladie. Alors, j’ai commencé à m’inquiéter de l’éventualité que ma maladie ne s’aggrave de nouveau. Toutefois, j’ai pensé que je ne m’étais pas senti mal à l’aise depuis longtemps. Cette maladie disparaît-t-elle ? Aussi me suis-je rendu à l’hôpital afin d’être examiné.

Le lendemain, lorsque je suis arrivé à l’hôpital, j’étais très nerveux et je m’interrogeais : au cas où cette maladie persiste et progresse même vers un cancer, que ferai-je ? Ma maladie peut-elle être guérie grâce à la technologie américaine avancée ? Sinon, que ferai-je donc dans le futur ? Certes, je priais Dieu dans mon cœur, en me disant que j’étais prêt à accepter le résultat quel qu’il serait, mais j’ai eu la sensation que mes forces étaient extrêmement limitées pour faire face au pire. Après l’examen de base, le médecin a demandé : « Te sens-tu bien ? » J’ai répondu : « Oui ». Après, il a froncé les sourcils et a dit : « C’est étrange. Si tu te sens bien, pourquoi les battements de ton cœur sont-ils anormaux ? » Ayant entendu ces mots, j’étais très nerveux et mon cœur a médité : « Est-ce le signe prémonitoire que ma maladie s’empirera ? » Sinon, pourquoi les battements de mon cœur ne sont-t-ils pas normaux ? Observant la mine sérieuse du médecin, des hypothèses pessimistes ont bouillonné en moi. Je lui ai demandé pourquoi mon cœur battait anormalement. Il m’a juste répondu qu’il était difficile de donner une réponse précise avant que ne soient délivrés les résultats exacts de l’analyse de mon sang.

Au fur et à mesure que s’approchait le jour du retrait des résultats d’analyse du sang, j’avais peur et j’étais inquiet. J’avais peur de connaître les résultats et je n’osais pas y faire face. Deux jours plus tard, je suis allé les récupérer. Le médecin m’a dit que j’avais contracté l’hépatite B parce qu’une quantité importante de virus de cette maladie s’était multipliée dans mon corps. Il a ajouté que cette maladie était hautement contagieuse et que je devais recevoir un traitement immédiatement. En suivant ce résultat, je me suis dit : « c’est fini. Pourquoi ma maladie s’aggrave-t-elle ? Se pourrait-il que je ne crois pas en Dieu de manière appropriée ? Si ma maladie s’empire, puis-je continuer à adorer Dieu correctement, à faire mon devoir ? Puis-je continuer à mener une vie pieuse avec mes frères et sœurs ? » De retour à la maison, j’ai senti qu’il m’était particulièrement difficile de me déplacer à bicyclette. Il m’était également impossible d’admirer les beaux arbres et les belles fleurs se trouvant au bord de la route.

Après être arrivé à la maison, les mots « hépatite B » n’arrêtaient pas de sonner dans ma tête. Lorsque j’ai appris sur Internet que quelques victimes de cette maladie s’évanouissaient pendant plusieurs jours avant de mourir, j’ai soudainement pris peur : serai-je également comme eux ? Ma foi n’est-elle pas vaine si je meurs de cette façon ? De plus, toutes ces années passées à exécuter ma tâche n’aboutiront à rien. Cependant, ne l’ayant pas encore accompli avec loyauté, pourrai-je obtenir l’approbation de Dieu ? Si je meurs, irai-je au paradis ou en enfer ? En outre, aucun de mes frères et sœurs autour de moi ne contracte cette maladie, mais pourquoi en suis-je victime ? Je fais pourtant mon devoir aussi bien que les autres. Plus j’y pensais et plus je leur enviais le fait qu’ils pouvaient remplir leurs tâches paisiblement sans être perturbés par la maladie. Après avoir fait un nombre suffisant de bonnes actions, ces derniers pouvaient également être sauvés par Dieu et entrer dans le royaume des cieux. J’ai de nouveau porté un regard sur moi. Je ne savais si je pouvais exécuter ma tâche ou non et faire de bonnes actions dans le futur. Si ma maladie s’empirait réellement, je ne pourrais que regarder mes frères et sœurs bénéficier des grâces du Seigneur ; ainsi étais-je mis à l’écart par Dieu et je me lamentais. A y penser, j’ai commencé à avoir de la rancœur contre Dieu et à me plaindre de Lui dans mon cœur. Plusieurs fois, j’ai involontairement eu des pensées stupides : Dieu ne m’aime-t-il pas ? Dieu ne veut-t-il pas me sauver parce que je suis trop corrompu ? Ai-je fait quelque chose de négatif allant à l’encontre de Son tempérament ? Je ne comprenais pas Sa volonté et je ne savais comment faire face à cette maladie. Je ne savais pas également ce que réservait l’avenir ni ce qui arriverait le lendemain. Plus j’y pensais et plus j’avais mal et j’avais des pensées sombres. Au même moment, je ne pouvais retenir mes larmes. Certes, je continuais à accomplir ma tâche mais mon esprit était extrêmement faible. Je n’avais plus la motivation d’antan et je ne voulais pas manger.

Durant cette période, je ne sais combien de fois je me suis présenté devant Dieu pour prier : « Ô Seigneur ! Maintenant, j’ai extrêmement mal et je suis très faible. J’ai toujours l’impression que Tu me désigneras et m’élimineras parce que j’ai accompli une mauvaise action. Je sais que cette pensée ne s’accorde pas avec Ta volonté mais en réalité je ne sais quelle est Ta volonté. Je ne peux voir le chemin qui se dresse devant moi et je ne sais comment m’y engager. Ô Seigneur, éclaire-moi et guide-moi afin que je puisse comprendre Ta volonté. »

À suivre…

Deuxième partie : J’ai bénéficié de la grâce immense du Seigneur (II)

Auteur : Qi yuan, Etats-Unis

Traduction par Wakam

Contactez-nous

Bienvenue à BIBLE EN LIGNE ! Pour toutes questions ou confusion dans la croyance en Dieu, veuillez nous contacter.

Bible facile

Newsletter

Abonnez-vous à notre site Web pour recevoir de riches ressources de dévotion.

subscription

La grâce de Dieu

La grâce de Dieu

« La grâce de Dieu » : Cette fournit des témoignages que des chrétiens reçoivent la grâce de Dieu.

Cauchemar à Londres : La dangereuse expérience d’une étudiante de 18 ans

Par une nuit froide, une étudiante étrangère de dix-huit ans est kidnappée par un chauffeur de taxi. Voyant le chauffeur s’approcher d’elle, elle lutte désespérément… Soudainement, le chauffeur est miraculeusement ramené vers son siège et la reconduit chez elle. Comment cela est-il possible ?

22 août 2018 7 min de lecture
Cauchemar à Londres : La dangereuse expérience d’une étudiante de 18 ans
xxxxxx

Veuillez lire et accepter notre politique de confidentialité ci-dessous avant de lancer la discussion avec nous.

Avez-vous lu et accepté notre politique de confidentialité?