Quelle est la chose la plus essentielle pour accueillir le retour du Seigneur

C’est déjà les derniers jours maintenant, et aussi le moment clé pour accueillir le retour du Seigneur. Parlant de l’accueil du Seigneur, beaucoup de frères et sœurs savent que c’est une chose importante qui concerne si oui ou non nous pouvons être amenés dans le royaume des cieux. Une fois que nous ratons la chance, nous le regretterons pour le reste de nos vies. Par conséquent, sœur Fang et moi avions discuté de ce qui est le plus essentiel pour accueillir le retour du Seigneur.

Sœur Fang a commencé à dire : « Quand il s’agit d’accueillir le Seigneur, je penserai involontairement au moment où les Juifs ont attendu le Messie. Nous savons tous que les pharisiens étaient les principaux dirigeants du monde religieux à cette époque en Judée, qui servaient l’Éternel Dieu dans le temple de génération en génération. Ils connaissaient bien la Bible, se conformaient aux enseignements de leurs ancêtres, paraissaient très pieux et expliquaient souvent la Bible aux croyants. Ils lisaient attentivement et étudiaient les prophéties sur la venue du Messie, et ils étaient si familiers avec ces prophéties qu’ils pouvaient les réciter couramment. Pour ces raisons, les Juifs pensaient : Comme les pharisiens sont des gens qui servent Dieu, si le Messie vient, ils doivent être les premiers à Le connaître et à L’accepter. Ils ont donc cru les explications des pharisiens sur les prophéties se rapportant à l’arrivée du Messie sans aucun doute, et ils n’ont pas du tout considéré si ces explications étaient pures ou fallacieuses. »

J’ai continué en disant : « Tu as raison. Par exemple, la Bible a prophétisé : « […] Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, […]. (Esaïe 7, 14). Alors les pharisiens l’ont expliqué selon sa signification littérale : Comme c’est vierge, elle ne peut pas avoir de mari. Mais la vérité était que Marie avait un mari, alors ils ont nié que le Seigneur Jésus était le Messie. Un autre exemple, c’est que dans le livre d’Isaïe, il est dit : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; […] Et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, L’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, Dès maintenant et à toujours : […]. (Esaïe 9, 6-7). Alors les pharisiens se sont appuyés sur leurs propres notions et imaginations pour les expliquer : Puisque la prophétie disait que le Messie viendrait prendre le pouvoir, alors Il serait certainement né dans un palais royal, serait beau, puissant, extraordinaire, et les conduirait à renverser la domination des Romains et à les sauver de la souffrance d’être des esclaves au gouvernement romain. Mais le Seigneur Jésus est né dans une crèche plutôt que dans un palais, Il a semblé ordinaire et normal, Il ne les a pas conduits à renverser le gouvernement romain, et Il a enseigné aux gens à être modestes et tolérants, à pardonner aux autres, aimer leurs ennemis, et ainsi de suite. En conséquence, ils ont nié que le Seigneur Jésus était l’apparition de Dieu. En outre, la Bible dit clairement que Celui qui vient serait appelé Messie, mais Celui qui est venu s’appelait Jésus. Sur ce compte, ils ont jugé que le Seigneur Jésus n’était pas le Messie dans leur attente. »

« Ouais ! C’est ça ! Les Juifs croyaient beaucoup à cette idée des pharisiens. Ils ont pris leur explication de la signification littérale des prophéties comme base pour accueillir l’arrivée du Messie, ainsi ils n’ont pas cherché ou examiné l’œuvre du Seigneur Jésus. Ils avaient vu le Seigneur Jésus accomplir de nombreux miracles parmi les gens, comme guérir les malades, chasser les démons, faire voir les aveugles, marcher les boiteux, guérir les lépreux, nourrir cinq mille hommes avec cinq pains et deux poissons, ramenant même les morts à la vie, et ainsi de suite. Ils se sont également sentis choqués et convaincus par ces miracles, et pensaient qu’ils ne pouvaient pas être faits par une personne ordinaire. Mais la plupart des Juifs écoutaient encore ce que les pharisiens disaient. Quand les pharisiens condamnèrent l’œuvre du Seigneur Jésus et blasphémèrent le Seigneur Jésus, disant que le Seigneur chassait les démons par Beelzebub, le prince des démons, ils ne discernaient pas, mais croyaient aveuglément à ce que les pharisiens disaient et les suivaient en condamnant le Seigneur Jésus. Quand les pharisiens les ont incités à demander que le Seigneur Jésus soit crucifié, ils ont aussi obéi à leurs ordres. De ceci nous voyons que les Juifs croyaient en Dieu mais suivaient réellement l’homme. Ils ont cru aux explications des Écritures par les pharisiens et ont obéi à leurs enseignements, les suivant sur le chemin de la foi en Dieu mais résistant à Dieu. Ils ont commis le péché monstrueux de clouer le Seigneur Jésus à la croix, et ont perdu pour toujours la chance d’obtenir le salut de Dieu. » Sœur Fang a dit avec émotion.

« Ici, je vois que même si les pharisiens ont servi Dieu pendant de nombreuses années, ils n’avaient pas la moindre connaissance de Dieu, mais étaient pleins de notions et d’imaginations au sujet de Dieu. Ils ont utilisé les lettres de la Bible pour définir Dieu, pour résister à Dieu, et aussi pour tromper et contrôler l’homme. Ils étaient précisément ceux qui ont servi Dieu mais qui ont résisté à Dieu en même temps. Comment Dieu pourrait-il leur donner la révélation en premier et les laisser venir devant Lui ? Quand les juifs les ont crus et les ont suivis au lieu de chercher et d’enquêter sur l’œuvre du Seigneur, ne révélaient-ils pas simplement que ces Juifs étaient trop stupides, ignorants et sans discernement, et n’étaient pas des gens qui croyaient vraiment en Dieu ?

Quelle est la chose la plus essentielle pour accueillir le retour du Seigneur (2)

« Mais pendant que le Seigneur travaillait, ceux qui écoutaient attentivement les paroles de Dieu pouvaient reconnaître par les paroles et l’œuvre de Dieu que le Seigneur Jésus était le Messie promis, alors ils L’acceptaient et Le suivaient, et ainsi gagnaient le salut de Dieu. La femme samaritaine était un exemple. En discutant avec le Seigneur, elle a trouvé que le Seigneur pouvait dire ce qui était caché au fond de son cœur et pouvait répondre à sa question : On n’adore Dieu ni sur cette montagne, ni à Jérusalem, mais avec leur cœur et l’honnêteté. Ainsi, la Samaritaine a reconnu que le Seigneur Jésus était le Messie à venir (voir Jean 4, 7-29). Et il y avait aussi Pierre. Du tempérament du Seigneur Jésus révélée dans Ses paroles, actions et œuvres, il vit que ce que le Seigneur Jésus avait et était ne pouvait être possédé par personne, ainsi il gagna l’illumination du Saint-Esprit et reconnut que le Seigneur Jésus était le Christ, le Fils du Dieu vivant (Voir Matthieu 16, 15-17). Ces gens étaient tout à fait purs, et en accueillant le Messie, ils avaient tous un cœur modeste et cherchant. Ils n’adoraient ni ne suivaient aveuglément les gens, mais essayaient juste d’affirmer si c’était l’apparence de Dieu à travers les paroles et l’œuvre du Seigneur Jésus, obtenant ainsi le salut de Dieu et étant approuvés par Dieu. De cela, on peut voir que Dieu est juste, et qu’Il est impartial envers l’homme. »

Quand j’ai fini de dire cela, sœur Fang a continué à dire : « Si ces Juifs n’avaient pas suivi et écouté aveuglément les enseignements des pharisiens, ni vécu dans leurs propres notions et imaginations pour coller strictement aux paroles des prophéties, mais avaient un cœur humble qui cherchait et avait soif de la vérité comme Pierre et Jean, ils n’auraient pas été abandonnés par Dieu. Malheureusement, bien qu’ils aient cru en Dieu, le statut de l’homme était trop haut dans leur cœur, et ils n’avaient pas les principes pour accueillir le Seigneur ! »

« Oui, ils l’ont fait, » dis-je. « Bien que le cas où les Juifs ont accueilli le Messie est déjà passé, c’est vraiment un avertissement pour les gens de nos jours. Face au retour du Seigneur Jésus, comment éviterions-nous de faire la même erreur que les Juifs ? »

« C’est vrai, » sœur Fang était d’accord. « Sœur Zheng, l’erreur des Juifs était qu’ils écoutaient aveuglément les paroles des pharisiens, ils ne comptaient que sur le sens littéral de la Bible expliqué par les pharisiens pour attendre la venue du Messie, mais ne se concentraient pas sur la voix de Dieu. De même, pour éviter de suivre le même mauvais chemin qu’eux, nous ne devrions pas écouter aveuglément les paroles des pasteurs et des anciens simplement parce qu’ils connaissent bien la Bible. Si ce qu’ils disent est conforme à la vérité et que leur acceptation n’est pas fallacieuse, alors nous devrions écouter et obéir, sinon, nous ne devrions pas accepter. Autrement que nous pourrions facilement manquer l’occasion d’accueillir le Seigneur et perdre le salut de Dieu. Récemment, j’ai vu sur un site Web de l’Évangile que la Bible enregistre deux sortes de prophéties sur le retour du Seigneur : L’un est de venir sur un nuage ; l’autre de venir en secret. J’ai lu la Bible attentivement, et il y avait des versets comme le site Web l’a mentionné, « Voici, je viens comme un voleur. (Apocalypse 16, 15) « Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre ! (Matthieu 25, 6). Cependant, les pasteurs et les anciens disent habituellement que le Seigneur viendra sur un nuage. Si nous nous en tenons seulement à la prophétie du Seigneur descendant sur un nuage, mais ignorons les prophéties de la descente secrète du Seigneur, alors nous manquerons l’opportunité d’être enlevé dans le royaume des cieux. Cela me fait réfléchir : En traitant le retour du Seigneur, nous ne pouvons pas écouter aveuglément ce que disent les pasteurs et les anciens ; la chose la plus essentielle est d’entendre la voix de Dieu. Tel que les paroles du Seigneur Jésus : « Mes brebis entendent ma voix, et je les connais, et elles me suivent. (Jean 10, 27) »

Quelle est la chose la plus essentielle pour accueillir le retour du Seigneur

« Hmmm, en écoutant tes paroles, je pense à ce que le Seigneur a prophétisé quand il s’agit d’accueillir Son retour, « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. (Jean 16, 12-13) Cela nous montre que quand le Seigneur reviendra, Il parlera et prononcera Ses nouvelles paroles. Ainsi, en accueillant le Seigneur, nous devons prêter attention à l’endroit où le Seigneur exprime Ses nouvelles paroles, et connaître Dieu et suivre Dieu à partir de Ses paroles, tout comme Pierre et les autres à cette époque. » J’ai dit avec excitation.

« Oui. Le Seigneur Jésus dit aussi : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. (Apocalypse 3, 20). Et l’Apocalypse mentionne plusieurs fois : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises : … (Apocalypse 2, 7). De ceci nous pouvons voir que, en ce qui concerne le retour du Seigneur, nous devons être attentifs à la voix et aux paroles du Saint-Esprit. C’est la chose la plus essentielle pour accueillir le retour du Seigneur. »

Après avoir dit cela, sœur Fang et moi avions hoché la tête ensemble.

Auteur : Zheng Yan, Chine

* Si vous recevez une révélation de Dieu, nous serons ravis de la partager avec vous via notre fenêtre de discussion instantanée située en bas de notre page web ; ou écrivez-nous à l’adresse info@lesalut.org. Nous espérons sincèrement grandir spirituellement en communiant les uns avec les autres.

Cela vous intéresse-t-il peut-être de :

Les versets bibliques classiques à propos de l’amour, de la fidélité, de la sainteté et de la miséricorde III Psaumes 147:11 L’Éternel aime ceux qui le craignent, Ceux qui espèrent en sa bonté. Proverbes 14:22 Ceux qui méditent le mal ne s’égarent-i...
La foi qui est agissante par la charité Car, en Jésus Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité. (Galates 5:6)
Mes pensées sur le chemin de la vie « Ding dong ... » Le téléphone a sonné, et c’était un appel d’un de mes amis. Elle m’a invité à dîner chez elle et j’ai vite accepté. Puis j’ai pris m...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *