Bible facile

Bible facile

Lisons la Bible à tout moment et marchons avec le Seigneur

Croyance catholique : J’ai enfin l’espoir de réaliser mon rêve du royaume des cieux

Elle a toujours cru qu’elle pourrait entrer dans le royaume des cieux en travaillant dur. En cherchant, elle a trouvé le vrai chemin pour y entrer.

20 July 2019

Planter la graine du rêve du royaume des cieux

Je suis née dans une famille catholique, et dès mon plus jeune âge, ma grand-mère m’a appris à prier et à observer les rites catholiques. À 15 ans, j’ai commencé à appliquer des doctrines du catholicisme comme accomplir de bonnes actions et aimer les autres, et j’ai participé à toutes sortes de rituels dans l’église. Le prêtre disait souvent qu’il fallait connaître ces doctrines pour pouvoir être de vrais croyants, et que lorsque Dieu viendrait, nous serions élevés dans le royaume des cieux. Aussi, je me disais souvent qu’il fallait absolument que j’observe les rites de l’église et que je participe activement aux activités ecclésiales pour pouvoir être aimée de Dieu, obtenir Ses bénédictions et être enlevée et amenée dans le royaume des cieux.

Puis-je entrer dans le royaume des cieux si je suis incapable d’échapper à la servitude du péché ?

Quand j’étais à la faculté, j’avais remarqué que les amis de l’église semblaient toujours très pieux quand ils assistaient à la messe, mais que dans leur vie quotidienne, ils faisaient souvent des choses qui étaient des offenses à Dieu, comme fumer, boire ou participer à des fêtes débridées. J’en étais choquée et irritée, et je me disais : « Le Seigneur Jésus nous a appris que nous devions aimer notre Dieu de tout notre cœur, de tout notre esprit et de toute notre force, et que nous devions nous tenir à l’écart des plaisirs, des épreuves et des tentations du monde. À première vue, mes amis de l’église croient en Dieu, mais en réalité ils ne se soucient pas du tout de travailler pour Lui. Ils sont même attachés au monde et à la recherche de plaisirs du monde : n’est-ce pas enfreindre les enseignements du Seigneur ? Je ne peux pas être comme eux. Je dois m’occuper de me dépenser et de travailler pour Dieu. » Pour cette raison, j’ai eu le sentiment que j’aimais Dieu davantage que mes amis de l’église.

Cependant, je me suis aperçue que mon état spirituel ne pouvait pas être conforme aux exigences du Seigneur. Je participais activement à toutes les activités de l’église et je travaillais avec enthousiasme, mais dans mon quotidien, je ne pouvais pas respecter les commandements de Dieu. Par exemple, chaque fois que je voyais qu’un ami de l’église qui recherchait les plaisirs de la chair semblait heureux et libre alors que j’étais en butte à toutes sortes de difficultés et d’épreuves, je ne pouvais pas m’empêcher d’en vouloir au Seigneur. En général, quand je faisais une erreur et que ma famille me le reprochait, je cherchais des excuses et je chicanais, et le fait qu’on me réprimande me mettait en colère. Parfois, ma mère m’adressait un reproche : « Dieu nous a demandé d’être humbles et indulgents, mais tu ne te plies pas à Ses paroles ! » C’était pour moi comme une gifle : je me rendais compte que je ne respectais pas vraiment les paroles de Dieu et je m’en voulais beaucoup de n’être croyante qu’en théorie. Je ne pouvais pas m’empêcher de commencer à me demander : « Pourquoi est-ce que je ne peux pas triompher du péché ? Alors même que je me confesse toujours au prêtre après avoir péché et que j’accomplis beaucoup de bonnes actions pour me rattraper, je commets ensuite à nouveau le même péché. En ayant la foi de cette manière, puis-je réellement obtenir les bénédictions du Seigneur ? » Mais ensuite, je pensais à ce que le prêtre nous avait dit : « Si nous nous confessons au prêtre après avoir péché, nos péchés seront pardonnés. Dans la mesure où nous nous dépensons et travaillons pour Dieu et où nous accomplissons beaucoup de bonnes actions, nous pouvons obtenir à nouveau Sa miséricorde et Ses bénédictions. Comme le dit la Bible : “J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi : désormais m’est réservée la couronne de la justice… » (2ème épitre de Saint Paul apôtre à Timothée 4:7-8). J’en étais quelque peu réconfortée : tant que j’allais souvent me confesser et que je continuais à travailler et à me dépenser pour Dieu, j’avais toujours l’espoir d’aller dans le royaume. J’ai donc continué à réaliser activement de bonnes actions, à travailler dur et à faire des sacrifices.

Une publication sur Facebook me donne matière à réflexion

Croyance catholique J’ai enfin l’espoir de réaliser mon rêve du royaume des cieux

来自PhotoACacworks图片

Un jour, en 2017, j’étais allée sur Facebook pour voir quelles étaient les nouvelles du jour et je parcourais les pages comme toujours, quand je suis tombée sur cette publication d’une sœur nommée Betty : « Bien que beaucoup de gens croient en Dieu, peu comprennent ce que signifie avoir foi en Dieu et ce qu’ils doivent faire pour être selon le cœur de Dieu. […] “La croyance en Dieu” signifie croire qu’il y a un Dieu ; c’est le plus simple concept de la foi en Dieu. De plus, croire qu’il y a un Dieu n’est pas la même chose que croire véritablement en Dieu ; au contraire, c’est une sorte de foi simple avec de fortes connotations religieuses. La vraie foi en Dieu signifie faire l’expérience de la parole et de l’œuvre de Dieu sur la base d’une croyance que Dieu est souverain sur toutes choses. Ainsi tu seras libéré de ton tempérament corrompu, satisferas le désir de Dieu et connaîtras Dieu. Ce n’est qu’au long d’un tel parcours que l’on peut dire que tu crois en Dieu. Pourtant, les gens trouvent souvent que croire en Dieu est quelque chose de très simple et frivole. La croyance de ces personnes n’a pas de sens et ne saurait jamais être approuvée par Dieu, parce qu’ils empruntent le mauvais chemin. Aujourd’hui, il y a encore ceux qui croient en Dieu dans les écritures, dans les doctrines vides. Ils ignorent que leur croyance en Dieu n’a pas de substance et qu’ils ne sont pas en mesure d’obtenir l’approbation de Dieu, et ils prient quand même pour recevoir la paix et une grâce suffisante de Dieu. Nous devrions nous arrêter et nous demander : croire en Dieu est-il réellement la chose la plus facile sur terre ? Croire en Dieu ne signifie-t-il rien de plus que de recevoir beaucoup de grâces de Dieu ? Les gens qui croient en Dieu, mais ne Le connaissent pas et qui croient en Dieu, mais s’opposent à Lui, réalisent-ils vraiment le désir de Dieu ? » (Extrait de « Préface », dans La Parole apparaît dans la chair). Ces paroles étaient vraiment nouvelles et différentes, et elles m’ont immédiatement touchée. Je n’avais encore jamais rien entendu de semblable, et les dernières phrases, en particulier, étaient des choses auxquelles je n’avais encore jamais réfléchi. Je me suis dit : « Ces paroles sont merveilleuses ! De qui sont-elles ? Elles révèlent la signification de la foi et nos aspirations dans notre croyance dans un si court passage ! » J’ai médité sur ces paroles, et pour la première fois, je me suis apaisée et j’ai réfléchi à ma propre foi. J’ai songé que si j’avais souvent participé à toutes sortes d’activités et de rites organisés par l’église au cours de ces années, en tant que catholique, si j’avais travaillé de façon proactive pour l’église, si j’avais accompli de bonnes actions au sein de la collectivité, si j’avais un peu souffert et donné de ma personne, en réalité, je faisais tout cela afin que Dieu nous bénisse et nous protège, ma famille et moi. En outre, c’était pour pouvoir, par la suite, entrer au royaume des cieux. J’avais toujours pensé qu’il était correct de chercher ce chemin et que ce genre de foi était acceptable pour Dieu et me vaudrait Ses bénédictions et Son approbation. Cependant, après avoir lu ce passage, j’ai commencé à avoir le sentiment que la signification de la croyance en Dieu était très profonde, et que travailler dur, renoncer aux choses de ce monde et me dépenser, simplement en échange des bénédictions du royaume des cieux, n’était pas aimer vraiment Dieu. Comment ce genre de foi pouvait-elle être approuvée par Dieu ? Cela a été pour moi comme un coup de semonce : je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir des doutes concernant mon rêve du royaume des cieux. Cependant, j’ai repensé à ces vingt années et quelques depuis lesquelles j’étais croyante. Je n’avais pas cessé de travailler pour l’église : se pouvait-il que tous mes efforts et le prix que j’avais payé aient vraiment été vains ?

Plus je pensais à ce que la sœur Betty avait publié, plus j’espérais qu’elle écrirait davantage encore de paroles comme celles-ci pour dissiper mes doutes. J’ai alors décidé de lui envoyer une demande de discussion et de créer une relation amicale avec elle. Elle m’a très vite répondu et elle m’a aussi présenté la sœur Lily, en m’annonçant que nous pourrions avoir des réunions en ligne. J’ai approuvé avec joie.

Déterminer le lien entre travailler dur et entrer au royaume des cieux

Dans nos réunions, nous avons tout d’abord partagé nos expériences en matière de foi, après quoi j’ai partagé les sentiments que m’inspirait la lecture de ce que Betty avait publié : « Ce passage est vraiment bien formulé et il est très concret. Je me suis rendu compte que je ne croyais en Dieu que pour obtenir des bénédictions, et non par amour sincère pour Lui. Mais je reste un peu perdue, car il est dit dans la Bible : “J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi : désormais m’est réservée la couronne de la justice…” et le prêtre nous dit souvent que dans l’avenir, dans la mesure où nous continuons à travailler et à nous dépenser pour Dieu et à accomplir beaucoup de bonnes actions, nous serons bénis par Dieu et nous irons au royaume des cieux. Depuis toutes ces années que je suis croyante, je n’ai pas arrêté de travailler dur et de donner ce que j’avais : se pourrait-il que Dieu ne tienne compte de rien de tout cela ? »

Sœur Lily m’a répondu : « Il n’est vraiment pas facile pour nous de reconnaître que nous croyons en Dieu pour obtenir des bénédictions, et non par amour sincère pour Lui. C’est Son éclairage et Sa conduite — grâces soient rendues à Dieu ! Nous ne comprenons pas bien la vérité en ce qui concerne le genre de personne qui peut réellement entrer au royaume des cieux, c’est pour cela que de telles confusions surgissent. En fait, beaucoup de croyants pensent que même s’il nous arrive souvent de pécher et de ne pas pouvoir suivre les enseignements de Dieu, tant que nous nous confessons au prêtre, que nous accomplissons beaucoup de bonnes actions et que nous continuons à travailler, que nous renonçons aux choses de ce monde et que nous nous dépensons pour Lui, Dieu nous acceptera. Et quand Il viendra, nous irons au royaume des cieux. Mais cette vision des choses est-elle correcte ? Trouve-t-elle un fondement dans la parole de Dieu ? En examinant la Bible, on peut facilement découvrir que ni Yahvé ni le Seigneur Jésus n’ont rien dit de tel, et le Saint-Esprit non plus. C’étaient les paroles de Timothée : ce sont les paroles d’un humain, et elles ne représentent qu’une opinion personnelle. Les seules parties de la Bible qui sont la parole de Dieu, qui sont la vérité, sont celles prononcées par Yahvé par l’intermédiaire des prophètes et celles du Seigneur Jésus. Les paroles des disciples et des apôtres ne sont pas la vérité, et bien qu’elles soient rapportées dans la Bible, elles ne sont que les paroles des hommes et ne représentent que leurs expériences personnelles, leur interprétation des paroles de Dieu et leurs propres idées. Même si elles sont empreintes de l’éclairage du Saint-Esprit, elles ne peuvent pas être considérées comme les paroles de Dieu. C’est pourquoi nous devons écouter les paroles de Dieu concernant une chose aussi importante qu’entrer au royaume des cieux. Si nous agissons selon les paroles des hommes, nous nous écarterons très vraisemblablement du chemin du Seigneur.

Donc, quelle sorte de personne peut réellement entrer au royaume des cieux ? Le Seigneur nous l’a dit très clairement : “Ce n’est pas celui qui m’aura dit: ‘Seigneur, Seigneur!’ qui entrera dans le royaume des cieux, mais celui qui aura fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Evangile selon Saint Matthieu 7:21 ). Ces paroles de Dieu nous montrent que lorsque Dieu évalue dans quelle mesure les gens satisfont aux critères pour entrer au royaume des cieux, ce n’est pas en fonction de ce à quoi ils ont renoncé ou de la manière dont ils se sont dépensés, mais en fonction du fait qu’ils suivent ou non le dessein du Père céleste. Autrement dit, ceux qui entrent au royaume des cieux doivent être ceux qui rejettent le péché et obtiennent la purification, qui suivent le chemin de Dieu et qui sont capables de Lui obéir, de L’aimer et de Le vénérer. Si nous travaillons dur, renonçons aux choses de ce monde et nous dépensons beaucoup, mais sans nous conformer aux paroles de Dieu, et qu’au lieu de cela, il nous arrive souvent de pécher et de nous opposer à Lui, alors nous sommes des scélérats et nous ne pouvons pas entrer au royaume des cieux. Tout comme les pharisiens juifs qui s’opposaient au Seigneur : ils étaient toujours dans le temple à servir Dieu et ils voyageaient jusqu’aux quatre coins de la terre pour répandre l’Évangile de Yahvé. Aux yeux des gens, ils travaillaient très dur, ils renonçaient à beaucoup de choses, ils donnaient tout ce qu’ils avaient et ils devaient particulièrement mériter l’approbation de Dieu. Or, Dieu les a condamnés comme hypocrites et les a maudits, en disant qu’ils étaient de la nature des serpents venimeux et qu’ils étaient des fils de l’enfer. Si les pharisiens se sont retrouvés dans ce genre de situation, c’est principalement parce que, malgré leur dur labeur, derrière tout cela ils menaient des transactions avec Dieu en échange de bénédictions. C’était surtout pour conserver leur statut et leurs moyens de subsistance. Les pharisiens étaient arrogants par nature et dépourvus de toute révérence envers Dieu. Ils n’exaltaient pas Dieu ni ne Lui portaient témoignage dans leurs sermons, mais ils se mettaient en valeur et se servaient de leur bonne conduite superficielle pour appâter les croyants. Ils faisaient venir les croyants pour que ces derniers les vénèrent, les admirent et les suivent au lieu de vénérer, d’admirer et de suivre Dieu. Quand le Seigneur Jésus œuvrait, les pharisiens sont devenus des ennemis déclarés de Dieu pour protéger leur statut et leurs moyens de subsistance et ont furieusement condamné le Seigneur Jésus et ont blasphémé contre Lui. Ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher les croyants de Le suivre, et finalement, ils sont allés jusqu’à se liguer avec les autorités romaines pour Le crucifier. Ce faisant, ils ont gravement offensé le tempérament de Dieu et ont mérité Sa punition. Cela prouve que même lorsque des gens peuvent travailler dur et renoncer à certaines choses, cela ne veut pas dire qu’ils respectent la volonté de Dieu. Faute d’être lavés de leurs péchés, même s’ils font des sacrifices et se dépensent, ils peuvent encore faire le mal et s’opposer à Dieu. En nous appuyant sur ce constat, on voit que même si, extérieurement, nous semblons travailler dur, et si nous nous plaisons à être de bons samaritains, à aider et à soutenir nos frères et nos sœurs, notre but est d’être bénis et d’entrer au royaume des cieux. Quand Dieu nous bénit, nous Lui rendons grâce et Le louons, mais quand nous faisons face à des difficultés ou à des catastrophes, nous Le comprenons de travers et nous Lui en faisons le reproche, ou même, nous Le trahissons. Nous sommes grandiloquents dans notre travail et nos sermons, nous montrons à quel point nous avons souffert et quelle quantité de travail nous avons accomplie, afin que les autres croyants nous approuvent, nous admirent et nous adorent. Ce n’est pas pour rendre à Dieu Son amour ni pour permettre aux croyants de comprendre le dessein et les exigences de Dieu, c’est pour courir après la renommée et le statut. Dans notre vie, face à des personnes, des événements ou des situations indésirables, nous perdons notre sang-froid et nous sommes incapables de respecter la parole de Dieu. La liste est longue. Cela montre que lorsque nous travaillons dur, faisons des sacrifices et des efforts, ce n’est pas pour aimer Dieu ni pour Le satisfaire, mais c’est simplement mercantile, c’est pour exploiter Dieu et tricher avec Lui afin de satisfaire nos propres ambitions et nos propres désirs. Comment des gens comme nous, qui vivons constamment dans le péché, pourraient être considéré comme étant ceux qui respectent la volonté du Père céleste ? Dieu est saint et Il exige de nous que nous nous libérions entièrement de la servitude du péché et que nous obtenions la purification : c’est notre seul moyen de devenir aptes à voir Sa face. Mais nous sommes actuellement remplis de souillure, alors comment pourrait-Il nous faire entrer dans le royaume des cieux ? Ce n’est qu’en rejetant le péché et en devenant fidèles à la volonté de Dieu que nous obtiendrons Son approbation et mériterons d’entrer au royaume des cieux. »

Tout en écoutant cela, je me disais : « C’est vrai. Dieu n’a jamais dit que les gens qui travaillent et souffrent beaucoup seront aptes à entrer dans le royaume des cieux. Il a plutôt dit que seuls ceux qui respectent la volonté du Père céleste y entreront. Il s’avère que nous avons eu tort, pendant toutes ces années, de nous en tenir aux paroles de Timothée, et que c’était totalement contraire à ce que Dieu demande. Quand je pense à ces années écoulées, même si j’ai trimé dans l’église et accompli beaucoup de bonnes actions, c’était toujours pour être bénie et entrer au royaume des cieux : c’était seulement pour mener des transactions avec Dieu, et pas du tout par souci de L’aimer et de Le satisfaire. En outre, je continue à en vouloir à Dieu quand je suis face à l’adversité, et quand j’ai fait quelque chose de mal, je continue à me défendre et à mentir dans mon propre intérêt. Même après m’être confessée, je continue à pécher souvent. Comment pourrais-je être considérée comme quelqu’un qui respecte la volonté de Dieu ? » J’ai alors déclaré à Sœur Lily : « J’ai toujours pensé que travailler dur me donnerait droit au royaume des cieux, mais grâce à l’échange d’aujourd’hui sur ces Écritures, j’ai pris conscience que ce genre de foi n’est pas conforme à la volonté de Dieu. J’ai aussi compris que seuls ceux qui rejettent le péché et qui sont purifiés et deviennent capables de respecter la volonté de Dieu pourront entrer dans le royaume des cieux. Mais je suis encore liée par le péché et je ne sais pas comment y échapper et être purifiée. Peux-tu échanger encore avec moi ? »

Pages: 1 2

Contactez-nous

Bienvenue à BIBLE EN LIGNE ! Pour toutes questions ou confusion dans la croyance en Dieu, veuillez nous contacter.

Sujets connexes

Témoignages catholiques
Bible facile

Newsletter

Abonnez-vous à notre site Web pour recevoir de riches ressources de dévotion.

subscription

Retour à Dieu

Retour à Dieu

Retour à Dieu

La rubrique « Retour à Dieu » partage l’expérience des chrétiens de différents pays qui suivent les pas de l’Agneau sous la direction du Saint-Esprit et accueillent le retour du Seigneur Jésus.

Trouver Dieu, c’est le vrai bonheur (2)

Après avoir prié, j’ai lu quelques paroles de Dieu : « “Homme sans argent est un loup sans dent” est la philosophie de Satan et elle prévaut dans toutes les sociétés humaines. Vous pourrie…

18 juillet 2018 7 min de lecture
Trouver Dieu, c’est le vrai bonheur (2)

Veuillez lire et accepter notre politique de confidentialité ci-dessous avant de lancer la discussion avec nous.

Avez-vous lu et accepté notre politique de confidentialité?