Menu

Un réveil après un cancer

Ma famille était pauvre quand j’étais jeune et j’ai vécu une vie difficile et je suis souvent moquée par des parents et des amis. À partir de là, j’ai pris ma décision : je dois gagner beaucoup d’argent et vivre une vie riche dans le futur, afin que les autres me regardent sous un jour nouveau.

À l’âge de quatorze ans, j’ai abandonné l’école et travaillé dans des endroits éloignés de chez moi pour gagner de l’argent. Plusieurs années plus tard, je me suis mariée. Comme je travaillais des heures supplémentaires et que je restais éveillé longtemps et que j’étais régulièrement exposé à des produits chimiques, ma santé était fortement influencée. Alors mon mari m’a demandé de me reposer à la maison. Mais mes beaux-parents ne m’ont pas aimée parce que je ne gagnais pas d’argent mais restais oisive à la maison, disant que j’étais condamnée à souffrir de la pauvreté toute ma vie. En entendant leurs mots durs, j’ai pensé: « Je dois travailler dur pour gagner de l’argent et vivre une vie riche. Je verrai qui me regardera encore alors. »

Par la suite, je suis allé travailler dans le restaurant de ma belle-sœur. Au début, je travaillais comme serveuse, préparatrice de nourriture, puis cuisinier. Le travail du restaurant était fatigant et le salaire était bas, et je devais me lever tôt et aller me coucher tard tous les jours, alors je pouvais difficilement le supporter. Mais en pensant pouvoir ouvrir mon propre restaurant, gagner beaucoup d’argent et vivre une vie riche après avoir acquis toute l’expertise, j’aurais l’impulsion de continuer.

Deux ans plus tard, j’ai quitté mon emploi et je voulais créer ma propre entreprise. Mais mon mari ne m’a pas soutenue. Pour gagner de l’argent, j’ai secrètement loué deux vitrines. Une fois tout l’équipement installé, le restaurant s’est ouvert. Les affaires à ce moment-là étaient vives et, comme une horloge, je travaillais jour et nuit. Parfois, je n’avais même pas le temps de prendre des repas et j’avais souvent mal au dos à cause de la fatigue. Cependant, alors que je pensais que de la monnaie viendrait, une puissance invisible surgissait dans mon cœur. Je pouvais le supporter, même si je me sentais mal à l’aise et fatigué. Mon travail acharné a payé et j’ai acheté une maison et une voiture bientôt. J’avais aussi des économies et je pouvais acheter ce que je voulais. Mes beaux-parents me traitaient aussi différemment, ils me satisferaient quoi que je demande. J’ai finalement senti le sentiment d’avoir de l’argent et d’être bien pensé par les autres. Cela m’a fait sentir que mon dur travail en valait la peine.

Cependant, j’étais mécontent du statu quo. Afin de gagner plus d’argent et d’avoir plus de gens qui m’admirent, j’ai prévu d’ouvrir des chaînes de restaurants et de créer ma propre marque. Je devais donc non seulement gérer les affaires des restaurants, mais aussi élargir les connexions. J’étais terriblement occupée. À ce moment, ma mère m’a prêché l’évangile du royaume de Dieu, mais j’ai pensé : « Je suis encore si jeune et c’est le meilleur moment pour gagner de l’argent maintenant. Je n’ai pas le temps de croire en Dieu. » Alors je l’ai refusée. Après cela, ma mère est venue me prêcher l’Évangile à plusieurs reprises, mais je l’ai refusée sous prétexte d’être occupée à travailler chaque fois.

Qui pourrait me sauver, une patiente atteint de cancer

Un jour, je me sentis soudain très mal à l’aise et ma partie privée saignait beaucoup. Ma tête était prise de vertige et je me sentais faible partout. Je suis donc allé à l’hôpital pour faire un bilan et le résultat a montré que j’avais un fibrome utérin. Le médecin m’a dit qu’il serait guéri après une opération. En entendant les mots du docteur, j’ai poussé un soupir de soulagement. Je souhaitais seulement avoir l’opération rapidement pour pouvoir retourner gagner de l’argent. Donc, j’ai immédiatement pris rendez-vous avec le médecin et prévoyais avoir l’opération le lendemain. Cependant, l’opération a été arrêtée lorsqu’elle a été effectuée à mi-chemin. Le médecin a dit que mon état n’était pas bon et qu’il fallait le faire pour une biopsie dans un grand hôpital. Le médecin m’a demandé de rentrer chez moi et d’attendre le résultat.

Deux semaines plus tard, mon mari est allé à l’hôpital pour le résultat du test. Après être rentré à la maison, il m’a dit que le médecin nous avait demandé d’aller à l’hôpital provincial pour un diagnostic précis. Il m’a également réconforté, me demandant de ne pas m’inquiéter mais de le considérer comme un voyage. En entendant les mots de mon mari, je n’ai pas beaucoup réfléchi et j’ai simplement emballé nos bagages et suis allé à la ville de province. Mon mari a dépensé beaucoup d’argent pour prendre rendez-vous avec un expert et le résultat est ressorti dans l’après-midi. Le médecin a dit que j’avais un cancer du col de l’utérus. En entendant ces nouvelles, j’avais l’impression que le ciel tombait et que je semblais sombrer dans un gouffre sans fond. J’ai continué à pleurer dans mon cœur : « Bon Dieu ! J’ai seulement 35 ans. Je ne veux pas mourir maintenant ! Comment se fait-il que j’ai une telle maladie ? » À ce moment-là, le désespoir, la peur et l’impuissance étaient au cœur de mes préoccupations. Mon mari m’a réconforté avec des larmes : « Chérie, ne t’inquiète pas ! Je vais essayer de guérir ta maladie même si nous devons renoncer à nos dernières ressources. Relax. Ce n’est pas aussi sérieux que tu le penses. » Cependant, je ne pouvais pas l’écouter du tout. Je ne voulais pas accepter que ma vie était si misérable.

Lorsque nous sommes arrivés dans la salle d’hôpital, l’infirmière de service a dit : « Il n’y a pas de lit disponible avant le mois prochain. Votre traitement ne peut être retardé. Donc, il vaut mieux aller dans d’autres hôpitaux. » En entendant ces mots, j’étais découragé. Je me sentais très étourdie et je suis tombée à côté de mon mari. Mon mari m’a pris à la hâte et m’a réconforté. Je me sentais extrêmement douloureux dans mon cœur en pensant : « Je ne peux pas être hospitalisé même si j’ai de l’argent. Quel monde en difficulté est-ce ? Je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer. Plus tard, un professeur m’a dit : « Votre maladie est très grave et vous devez être hospitalisé immédiatement. Vous devez recevoir la chimiothérapie deux fois. Si le nombre de cellules cancéreuses ne diminue pas après cela, vous ne pouvez vous résigner qu’à la volonté du Ciel. » En entendant cela, j’ai soupiré d’émotion : « La vie de l’homme est fragile ! Je suis resté occupé avec mes affaires, mais à la fin j’ai eu un cancer à cause de l’épuisement. Est-ce que l’argent que j’ai gagné peut acheter ma vie ? »

Comme il n’y avait pas de lit disponible, je devais me coucher sur la chaise dans le couloir pour recevoir un traitement de chimiothérapie. Plusieurs jours plus tard, à cause des séquelles des médicaments, j’étais très faible et je me sentais faible partout. Mon abdomen était enflé et douloureux et je ne pouvais ni manger ni déféquer. Mes cheveux sont également tombés. Voyant que je n’étais ni comme une personne ni comme un fantôme, je me sentais très désespérée dans mon cœur. En repensant à l’époque où je n’avais pas la maladie, pour gagner de l’argent, j’étais à moitié mort de fatigue. Maintenant, j’ai dû endurer le tourment de la maladie. Je ne pouvais vraiment pas supporter un tel coup et je pensais que je mourrais plutôt. À ce moment, ma mère m’a téléphoné et m’a continuellement réconfortée, me demandant de venir chez elle et de dire qu’elle avait quelque chose de très important à me dire.

Après mon retour chez ma mère, elle m’a prêché l’évangile du royaume de Dieu et m’a demandé de lire un passage d’un livre : « Quelle est la source de la souffrance permanente de l’enfantement, de la mort, de la maladie et de la vieillesse que les humains endurent ? Qu’est-ce qui a fait que les gens ont eu ces choses ? Les humains ne les avaient pas quand ils ont été créés au début, n’est-ce pas ? Alors, d’où sont venues ces choses ? Elles sont apparues quand les humains ont été tentés par Satan et que leur chair a commencé à dégénérer. La douleur de la chair humaine, ses afflictions et sa vacuité, ainsi que les affaires extrêmement misérables du monde humain n’ont existé qu’à partir du moment où Satan a corrompu l’humanité. Après que les humains ont été corrompus par Satan, cela a commencé à les tourmenter. En conséquence, ils sont devenus de plus en plus dégénérés. Les maladies de l’humanité se sont aggravées et leur souffrance est devenue de plus en plus sévère. Les gens ont senti de plus en plus la vanité et la tragédie du monde humain, ainsi que leur incapacité à continuer à y vivre, et ils ont éprouvé de moins en moins d’espoir pour le monde. Ainsi, cette souffrance a été causée chez les humains par Satan. »

Après avoir lu ces mots, ma mère a dit : « Au début, Dieu a créé Adam et Ève. Ils ont vécu une vie heureuse et insouciante dans le jardin d’Éden et ont profité de toutes les richesses que Dieu leur avait accordées, sans les douleurs et les soucis, ni la naissance, la mort, la maladie et la vieillesse. Puisque nous, les humains, avons été tentés et corrompus par Satan, nous avons vécu sous l’influence de Satan, perdant le soin et la protection de Dieu. Par conséquent, différents types de maladies nous frappent, ce qui nous amène à vivre de plus en plus douloureusement et impuissants. Ce n’est que lorsque nous passons devant Dieu et que nous acceptons le salut de Dieu que nous pouvons nous libérer de l’affliction de Satan et rester fermes et pacifiques dans notre cœur. » Grâce à la communion de ma mère, j’ai compris que notre vie, notre âge, notre maladie et notre mort ont causé par la corruption de Satan. En repensant à ces années, j’ai couru et travaillé pour de l’argent, ignorant ma santé, alors j’ai eu un cancer. Toutes ces choses résultaient de l’affliction de Satan. Par la suite, ma mère m’a écrit la prière et m’a appris à prier, en me demandant de compter davantage sur Dieu, de confier ma maladie aux mains de Dieu et de me soumettre à la souveraineté et aux arrangements de Dieu. Elle m’a aussi donné un livre des mots de Dieu.

Deux semaines plus tard, je suis allé à l’hôpital pour recevoir le deuxième traitement de chimiothérapie. En raison de la perte de cheveux, j’ai eu une allergie et je me suis sentie douloureuse et irritée partout, et j’étais agitée dans mon cœur. En pensant que si l’effet de la chimiothérapie n’était pas idéal cette fois, je ne serais pas en mesure de subir l’opération mais d’attendre la mort, je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir craintif et mal à l’aise. A cette époque, j’ai pensé au livre que ma mère m’a donné. Puis je l’ai immédiatement ouvert et j’ai vu un passage de mots qui dit : « Dès lors que tu viens au monde en poussant ton premier cri, tu commences à accomplir ton devoir. En assumant ton rôle dans le plan de Dieu et dans Son ordination, tu commences ton voyage dans la vie. Quels que soient tes antécédents et quel que soit le voyage qui t’attend, personne ne peut échapper à l’orchestration et aux arrangements que le ciel a préparés, et aucun de nous n’a le contrôle de sa propre destinée, car seul Celui qui domine sur toutes les choses est capable d’une telle œuvre. » De ces mots, j’ai compris : Notre avenir et notre destin, la vie et la mort ainsi que les bénédictions et les malédictions sont tous contrôlés par Dieu. Nous ne pouvons pas dicter notre propre destin. Peu importe l’argent que nous avons ou notre statut, nous ne pouvons pas changer notre destin. Étant donné que ma vie et ma mort sont toutes entre les mains de Dieu, peu importe comment je craignais la mort et que je me sentais nerveuse. Cela ne fera que me rendre de plus en plus misérable. Pourquoi ne mets-je pas ma vie entre les mains de Dieu ? Pendant que j’y pensais, mon cœur s’est calmé et je suis venu devant Dieu et j’ai prié : « Ô Dieu tout-puissant ! Ma vie est contrôlée entre tes mains. Tu sais que je suis faible. Mais je suis prêt à confier ma maladie à tes mains. Peu importe si je vivrai ou mourrai, je suis disposé à me soumettre à Ta souveraineté et à Tes arrangements. »

À mon retour de l’hôpital, je ne me sentais pas mal à l’aise et je pouvais manger et dormir, et mon état mental s’améliorait également. J’ai senti que Dieu était vraiment à mes côtés, prenant soin de moi et me protégeant, ce qui m’a fait croire en Dieu. Deux semaines après, je suis allé à l’hôpital pour un examen. Le médecin m’a dit : « L’effet de la chimiothérapie est bon et vous pouvez avoir l’opération maintenant. » À ce moment-là, je me suis senti très heureux et j’ai continué à remercier Dieu dans mon cœur : « Ô Dieu ! Je Te remercie pour Ta protection merveilleuse, de sorte que j’ai la chance d’avoir l’opération. Oh mon dieu ! Je suis prêt à engager mon opération entre Tes mains. Puissiez-vous dominer et arranger cela. » Ensuite, le médecin a effectué l’opération sur moi. L’opération a été très réussie et j’ai pu me lever et marcher le lendemain. Le médecin m’a dit le troisième jour : « La blessure a bien guéri. Vous pouvez sortir de l’hôpital quelques jours plus tard. »

En rentrant chez moi, je me suis bien rétabli. Après cela, je suis allée à l’hôpital pour recevoir plusieurs fois la chimiothérapie. J’ai vu que mes compagnons malades continuaient à vomir et souffraient beaucoup à cause de la chimiothérapie, mais je n’ai pas trop souffert et je me suis sentie calme dans mon cœur. Grâce à la protection de Dieu, les cellules cancéreuses ont été maîtrisées et mon état s’est amélioré. Trois mois plus tard, je suis allé passer un autre examen et j’ai constaté que les cellules cancéreuses avaient complètement disparu. Le médecin et les compagnons malades ont tous dit : « Votre maladie a été guérie si facilement. C’est vraiment un miracle. Avez-vous pris de bons médicaments ? » Je n’ai rien dit mais seulement souri. Je savais que tout cela était dû aux soins et à la protection de Dieu. Si ce n’était pas pour la pitié de Dieu, je n’aurais pas récupéré bientôt.

Plus tard, ma mère a amené des frères et des sœurs chez moi pour tenir des réunions et partager les paroles de Dieu avec moi. J’ai commencé à vivre la vie de l’église, me sentant particulièrement paisible et joyeuse dans mon cœur. Un jour, j’ai vu un paragraphe de mots : « Les gens passent leur vie à courir après l’argent et la gloire ; ils se raccrochent au moindre espoir, pensant qu’ils sont leurs seuls moyens de soutien, comme si, en les ayant, ils pouvaient continuer à vivre et être dispensés de la mort. Mais ce n’est que lorsqu’ils sont sur le point de mourir qu’ils se rendent compte combien ces choses sont distantes d’eux, combien ils sont faibles face à la mort, combien ils volent facilement en éclats, combien ils sont seuls et impuissants, sans nulle part où se tourner. Ils se rendent compte que la vie ne peut pas être achetée avec de l’argent ou la renommée, que peu importe la richesse d’une personne, peu importe sa haute position, tous les hommes sont pareillement pauvres et insignifiants face à la mort. Ils se rendent compte que l’argent ne peut pas acheter la vie, que la renommée ne peut abolir la mort, que ni l’argent ni la renommée ne peuvent prolonger la vie d’une personne d’une seule minute, d’une seule seconde. »

lire la Bible

J’ai vu que ce que ces mots révélaient était exactement mon vrai état. En repensant à ces années, afin de vivre une vie riche et de retrouver une certaine dignité devant ma famille, j’ai abandonné l’école dès mon plus jeune âge et travaillé dur pour gagner de l’argent jour et nuit. Lorsque j’avais acheté une voiture et une maison, je n’étais pas satisfait et je voulais toujours ouvrir d’autres restaurants pour gagner plus d’argent. Je me suis occupé chaque jour comme une machine à gagner de l’argent et je n’ai jamais pris soin de ma santé. Parfois, j’étais fatigué et je voulais m’arrêter pour me reposer, mais mon désir de gagner de l’argent et de devenir célèbre était trop fort, alors je ne voulais point perdre la chance de gagner de l’argent. J’ai eu de telles manifestations et poursuites parce que j’étais influencé et empoisonné par les toxines que Satan nous avait injectées, telles que : « L’argent n’est pas tout, mais sans cela, vous ne pouvez rien faire » et « l’argent signifie tout ». Cela m’a fait considérer la recherche de l’argent comme la chose la plus importante et penser que je serais admiré par les autres eu de l’argent. Cependant, lorsque j’ai souffert d’un cancer, j’ai constaté que l’argent, la renommée et le gain ne pouvaient pas être échangés pour ma santé, encore moins que cela pouvait apporter du réconfort à mon cœur et à mon âme. Bien que je rejette encore et encore le salut de Dieu, Dieu ne m’a pas abandonné à cause de ma désobéissance. Au contraire, quand j’étais le plus impuissant et désespéré que j’aie jamais été, Dieu a arrangé que ma mère me prêche l’Évangile de Son royaume et il m’a tiré du seuil de la mort pour avoir la chance d’être venu devant Lui et accepter le salut des derniers jours. Maintenant, j’ai vraiment goûté à l’amour et au salut de Dieu.

Ce livre de vérité dit : « Si les gens ont une compréhension authentique du tempérament de Dieu et qu’ils peuvent louer sincèrement Sa sainteté et Sa justice, cela veut alors dire qu’ils Le connaissent vraiment et possèdent la vérité, et c’est alors seulement qu’ils vivent dans la lumière. C’est seulement lorsque la perspective d’une personne sur le monde et sur la vie change que l’on connaît une transformation fondamentale. Quand quelqu’un a un but dans la vie et se comporte selon la vérité, quand il se soumet à Dieu absolument et vit par Ses paroles, quand il se sent en paix et illuminé au plus profond de son âme, quand son cœur est dénué d’obscurité, et quand il peut vivre entièrement libre et sans retenue en présence de Dieu, alors seulement il mène une vie humaine authentique et alors seulement il devient une personne qui possède la vérité. » Les mots de Dieu ont indiqué la direction correcte de la vie pour moi. Dans le passé, j’ai travaillé dur pour gagner de l’argent et j’ai terriblement souffert les tortures et les afflictions de Satan. Maintenant, j’ai compris que seule la vie d’adoration de Dieu est précieuse et significative et que je ne devrais plus vivre selon les lois de survie de Satan. Les jours suivants, j’ai lu les paroles de Dieu et vécu une vie d’église plus active, et j’ai aussi accompli mon devoir en tant qu’être créé dans l’Église, témoignant de l’amour et du salut de Dieu pour les autres qui vivent dans les ténèbres et douleurs. Je me sentais particulièrement paisible et joyeuse dans mon cœur. Mon état mental allait de mieux en mieux et ma foi de suivre Dieu devenait de plus en plus grande. C’est seulement à ce moment-là que j’ai réalisé que ce n’est qu’en suivant Dieu que je pourrais vivre une vie significative. Dieu merci ! Toute la gloire soit à Dieu!

Traduction par Koffi Anselme Kouadio

Contactez-nous

Aujourd'hui, les catastrophes sont fréquentes et c'est le moment crucial d'accueillir le retour du Seigneur. Si vous souhaitez accueillir le Seigneur avant les grandes catastrophes et être enlevé devant le trône de Dieu, n'hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions en discuter ensemble.