Bible facile

Bible facile

Lisons la Bible à tout moment et marchons avec le Seigneur

Persécution religieuse : Alors que le PCC resserre son nœud d’oppression, les paroles de Dieu le conduisent vers l’avant

Zhang Zhi, un chrétien, a été arrêté et brutalement torturé par le PCC pour avoir partagé l’évangile. Par la suite, il a été contraint de fuir sa maison. Avec l’aide des paroles de Dieu, il réussit à traverser tous ces jours et nuits difficiles.

27 August 2019

Note du rédacteur : Zhang Zhi, un chrétien, a été arrêté et sauvagement torturé par la police du PCC pour sa foi en Dieu et pour avoir prêché l’évangile. Après sa libération, il ne peut plus vivre dans cette prison à ciel ouvert dans laquelle il se trouve et s’enfuit. Plusieurs années plus tard, le PCC resserre toujours son étau : les membres de sa famille sont arrêtés et une récompense de 50 000 yuans est offerte pour sa capture. Mais, guidé par les paroles de Dieu, il parvient à surmonter tous ces jours et nuits difficiles. Voici comment Zhang Zhi compte sur Dieu et témoigne alors que le PCC se rapproche dangereusement de lui.

L’amour de Dieu l’aide à supporter les tortures

Le 12 décembre 2012 vers 21h00, Zhang Zhi a été dénoncé par le chef du village pour avoir partagé l’évangile. La nouvelle est rapidement parvenue aux oreilles de la police qui l’a arrêté et l’a conduit au poste de police du comté.

Alors que Zhang Zhi était menotté sur le banc du tigre, un policier a hurlé : « Quand avez-vous commencé à croire en Dieu ? Où avez-vous obtenu ces articles religieux ? Quel est votre rôle dans l’église ? Savez-vous où l’argent de l’église est caché ? Parlez ! »

Face à l’interrogatoire de la police, Zhang Zhi s’est empressé d’appeler Dieu en silence, demandant la protection de Dieu pour qu’il ne tombe pas dans les pièges de Satan, pour qu’il ne soit pas un Judas et ne trahisse pas Dieu. Après avoir prié, il a dit calmement : « Je lis seulement les paroles de Dieu et je recherche la vérité. Je n’ai aucun rapport avec l’argent. »

Le policier a dit d’un ton vicieux : « Vous vous pincez les lèvres. Je vous préviens, vous feriez mieux de me dire ce que vous savez tant qu’il est encore temps, sinon, je m’occuperai de vous ! »

Plus de deux heures d’interrogatoire n’ont donné aucun résultat, le policier était furieux. Il a emmené Zhang Zhi dans une pièce sans aucune caméra de surveillance et a commencé à lui donner des gifles à la chaîne, alternant entre la joue gauche et la joue droite. Après l’avoir giflé une douzaine de fois ou plus, Zhang Zhi a commencé à voir des étoiles et son visage brûlait de douleur. En criant, le policier a pris une large ceinture de cuir et a commencé à le fouetter au visage. Zhang Zhi s’est mis à hurler de douleur. Le policier a immobilisé ses deux bras et a attaché une ceinture de cuir autour de sa bouche afin qu’il ne puisse faire aucun bruit. Pendant un moment, Zhang Zhi a eu l’impression de suffoquer et son visage a rapidement enflé. Il a commencé à entendre des sifflements dans ses oreilles et sa vision est devenue floue. Deux cruels policiers lui ont menotté les mains afin qu’il ne puisse pas se débattre. C’est à ce moment-là que Zhang Zhi a enfin vu le vrai visage de « la police du peuple » : ils ne sont en fait qu’une meute de démons enragés.

Alors que Zhang Zhi perdait peu à peu conscience, il est parvenu à entendre un policier lui crier : « Alors, ça veut dire quoi ça ? Vous allez parler ou pas ? J’ai l’impression que nous allons devoir être plus sévères ! » En disant cela, il a pris une couverture et a enveloppé Zhang Zhi avec celle-ci, puis l’a roué de coups avec une barre de fer. Il souffrait et était terrorisé et tout ce qu’il pouvait faire était d’appeler encore et encore Dieu dans son cœur : « Mon Dieu, je T’en supplie, sauve-moi ! » Après avoir prié, sa douleur a soudainement diminué, il avait compris que c’était la façon dont Dieu l’aidait à faire face à la faiblesse de la chair. Au bout d’un moment, ils lui ont enlevé la couverture et ont arrêté de le battre. Ils étaient à bout de souffle à cause de leurs efforts. Zhang Zhi était extrêmement reconnaissant de Dieu et L’a remercié de l’avoir protégé pendant cette épreuve.

Puis un policier a demandé, totalement exaspéré : « Vous allez parler ou pas ? Qui est votre chef ? Qui vous a poussé à faire du prosélytisme ? Si vous ne nous dites pas tout, nous vous condamnerons et vous serez envoyé en prison. » Mais Zhang Zhi n’a pas dit un mot. Un policier au visage déformé par la colère a crié : « J’ai vraiment l’impression que nous n’avons pas été assez durs ! Préparez-le pour le “Erlang (le nom d’un homme) porte une montagne”. » Deux policiers ont tordu l’un des bras de Zhang Zhi et l’ont tiré brusquement tandis que deux autres ont mis son autre bras par-dessus son épaule et l’ont tordu derrière son dos. Ils ont ensuite déplié son bras, ont forcé Zhang Zhi à joindre les bras et l’ont menotté. À ce moment-là, Zhang Zhi a eu l’impression d’avoir les deux bras cassés. Il a crié très fort, souffrant tellement qu’il n’arrivait presque plus à respirer. Peu après, il a perdu la sensation dans les deux mains. Ils lui ont ensuite ordonné de rester accroupi. La douleur qui s’était propagée dans tout le corps de Zhang Zhi le donnait des sueurs froides et il entendait des bourdonnements dans ses oreilles. Il perdait peu à peu conscience et avait vraiment l’impression d’être sur le point de mourir.

Zhang Zhi ne supportait vraiment pas une torture tellement si inhumaine. Il avait extrêmement peur de ne pas arriver à se contrôler à cause de la faiblesse de la chair, et craignait de divulguer des informations sur l’église. Il s’est tourné vers Dieu : « Mon Dieu ! Je ne peux vraiment plus supporter ça. J’ai très peur que ces horribles policiers me torturent au point de renoncer et de Te trahir. Mon Dieu, je T’en supplie, détruis cet endroit pour que cette meute de démons et moi-même partions de ce monde ! » À ce moment, il pensa à ces paroles de Dieu : « La souffrance de certaines personnes atteint un certain degré, et leurs pensées tournent à la mort. Ce n’est pas le véritable amour pour Dieu ; ces gens sont des lâches, ils ne sont pas persévérants, ils sont faibles et impuissants ! » Les paroles de Dieu ont soudainement éclairci les idées de Zhi Zhang et il a réalisé que sa prière n’était pas conforme à la volonté de Dieu. Tourmenté par la douleur et des épreuves, il devait se raccrocher à Dieu pour s’appuyer sur Lui et être un témoin capable de vaincre Satan. S’il mourait maintenant à cause de sa faiblesse charnelle, non seulement il ne pourrait pas témoigner, mais Satan rirait le dernier, et ce serait une marque de honte pour Dieu. Grâce aux paroles de Dieu, Zhang Zhi a pris la décision de compter sur Dieu pour vaincre la douleur de la chair et rendre témoignage. Il a prié encore et encore, demandant l’aide de Dieu. Moins de 20 minutes plus tard, la police a défait ses menottes, voyant qu’il allait rendre son dernier souffle.

La police a fini par comprendre que Zhang Zhi préfèrerait mourir que de divulguer quelque information que ce soit, et ils ont donc suspendu leur interrogatoire et l’ont fait placer dans un centre de détention. Une fois sur place, les policiers ont confisqué son manteau chaud rembourré et lui ont donné un uniforme de prisonnier en tissu fin. Ils ont également demandé aux autres prisonniers de le prendre comme bouc émissaire. Les prisonniers lui ont pris ses chaussures et sa couverture et l’ont forcé à mémoriser toutes les règles de la prison. S’il en oubliait, ils lui assenaient des coups de poing dans les oreilles. Zhang Zhi est tombé très malade à cause du froid et de la torture physique. Il était au lit, et avait une fièvre si élevée qu’il était à moitié conscient, mais les autres prisonniers continuaient de le torturer, le frappant à la tête et l’empêchant de dormir. Pendant la journée, ils l’obligeaient à nettoyer le sol avec de l’eau glacée, puis cherchaient chaque petit problème pour lui dire qu’il n’avait pas fait du bon travail. Ils le frappaient alors violemment et chaque fois qu’il était battu, il frôlait la mort. Dans ce centre de détention inhumain, dépourvu de justice, Zhang Zhi subissait la douleur, la tristesse, la dépression. Il ne savait pas quand ce cauchemar prendrait fin.

La nuit, il se cachait sous sa couverture pour prier Dieu en silence : « Mon Dieu, je suis tellement faible dans ce genre d’environnement et je ne sais pas comment avancer. Mon Dieu, aide-moi à comprendre Ta volonté. » Alors qu’il priait, un cantique des paroles de Dieu lui revint à l’esprit : « Dieu admire les lys qui fleurissent dans les collines. Les fleurs et l’herbe s’étendent sur les pentes, mais les lys ajoutent un lustre à Sa gloire sur terre avant l’arrivée du printemps. L’homme peut-il en faire autant ? Pourrait-il témoigner pour Dieu sur terre avant Son retour ? Pourrait-il se consacrer pour Son nom dans le pays du grand dragon rouge ? » Fredonner ce cantique a réconforté son cœur. Il est vrai que les lys, les fleurs et l’herbe sont capables de supporter les températures extrêmes de l’hiver et d’attendre l’arrivée du printemps pour se consacrer à la gloire de Dieu sur terre. Mais s’est dit qu’il était un croyant qui suivait Dieu. Il avait lu tellement de paroles de Dieu et avait compris certaines vérités, il ne devait donc pas plier sous la cruelle persécution du PCC, le grand dragon rouge. Même si cela signifiait qu’il devait mourir, il devait témoigner et se consacrer à la gloire de Dieu. Il a remercié Dieu d’avoir utilisé Ses paroles pour l’aider et le guider quand il était faible. Peu à peu, Zhang Zhi avait moins peur et sa douleur s’atténuait. Il s’est immergé dans le fait d’être porté par l’amour de Dieu.

Quelques semaines plus tard, alors que leurs interrogatoires n’avaient toujours rien donné, la police a forcé la famille de Zhang Zhi à verser 8 000 yuans de caution pour le libérer, et ils l’ont laissé partir. Ils lui avaient également interdit d’avoir quoi que ce soit à faire avec des croyants, et s’ils découvraient qu’il pratiquait encore sa foi, il serait arrêté et condamné. Il devait également promettre qu’il serait disponible chaque fois qu’ils l’appelleraient.

Dans une prison à ciel ouvert après sa libération, il est forcé de fuir son domicile

Après son retour chez lui, Zhang Zhi est resté sous la surveillance rapprochée du PCC. La Brigade de la Sécurité Nationale le surveillait et le contrôlait en passant par son téléphone, et même s’il recevait un nouveau numéro, ils arriveraient toujours à retrouver sa trace. La police l’appelait également tous les quelques jours pour vérifier sa situation, l’obligeait à rédiger des « rapports de pensées » tous les mois et se présentait à son travail pour lui remettre des documents de propagande diffamant et blasphémant contre Dieu. Zhang Zhi leur faisait remarquer qu’ils empiétaient sur sa vie privée et que cela le mettait profondément en colère. Le PCC ferme les yeux sur toutes sortes de comportements criminels dans la société, mais considère le fait d’arrêter et de persécuter les croyants en Dieu comme une tâche hautement prioritaire pour le gouvernement. En surface, il se proclame défenseurs de la liberté de culte, mais en réalité, il ne laisse aucune liberté aux gens qui croient en Dieu et L’adorent. Il arrête sans motif et persécute cruellement les chrétiens pour pouvoir asseoir sa dictature. Après leur libération, il les surveille de près et empiète sur leur vie privée. Il est profondément mauvais. Comme le dit la parole de Dieu : « Ancêtres des anciens ? Leaders bien-aimés ? Ils s’opposent tous à Dieu ! Leur ingérence a tout laissé sous le ciel dans un état de ténèbres et de chaos ! Liberté de religion ? Les droits et intérêts légitimes des citoyens ? Tout cela n’est qu’une ruse pour camoufler le péché ! » Zhang Zhi avait fait l’expérience en personne de l’oppression du PCC et avait pu discerner l’essence perverse du PCC qui s’oppose à Dieu et qui agit en ennemi de Dieu. A la suite de cette expérience, il a développé une haine viscérale pour le PCC.

Zhang Zhi désirait ardemment être libéré de la douleur et de la répression qu’il subissait à cause de la surveillance continue et de la persécution du PCC : il ne pouvait pas être en contact avec d’autres frères et sœurs, ni lire comme il le souhaitait les paroles de Dieu et mener une vie d’église. Il a alors pensé à ces paroles du Seigneur Jésus : « Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre » (Matthieu 10:23). Alors, Zhang Zhi a pris la décision de fuir sa ville natale avec les membres de sa famille et s’est rendu dans une nouvelle ville où il pouvait enfin lire librement les paroles de Dieu. Il a ressenti un grand soulagement dans son cœur.

Cependant, toutes les bonnes choses ont une fin. À peine deux mois plus tard, Zhang Zhi a appris que la Brigade de la Sécurité Nationale n’avait pas été en mesure de le joindre à son ancien numéro et l’a signalé à la Brigade des mœurs. La police s’est rendue chez lui à trois reprises et ne l’a pas trouvé. Elle s’est donc rendue chez un membre de sa famille pour savoir où se trouvait sa famille. Les policiers ont également posté des clichés de toute sa famille au poste de police local et l’ont signalé en ligne comme une personne recherchée. En entendant cela, le cœur apaisé de Zhang Zhi, qui venait à peine de commencer à se détendre, s’est de nouveau mis en alerte. Il savait qu’il risquait d’être arrêté à tout moment, alors il s’est enfui dans une autre ville aussi rapidement que possible. Il ne connaissait que trop bien le traitement inhumain réservé par le PCC aux croyants en Dieu et craignait sérieusement d’être de nouveau arrêté par la police. Chaque sirène qu’il entendait le faisait paniquer. Il savait qu’il était de trop petite stature et qu’il ne pouvait rien faire d’autre que de continuer à adresser ses prières à Dieu et à Lui demander de prendre soin de son cœur et de le protéger pour qu’il ne vive pas dans la peur.

Persécution religieuse Alors que le PCC resserre son nœud d’oppression, les paroles de Dieu le conduisent vers l’avant

Un jour, il a lu ce que Dieu a dit : « Peu importe à quel point Satan est puissant, peu importe à quel point il est audacieux et ambitieux, peu importe à quel point il est habile à infliger des dommages, peu importe l’ampleur des techniques avec lesquelles il corrompt et séduit l’homme, peu importe à quel point sont rusés les trucs et les plans avec lesquels il intimide l’homme, peu importe à quel point la forme dans laquelle il existe est changeable, il n’a jamais été capable de créer une seule chose vivante, n’a jamais été capable d’établir des lois ou des règles pour l’existence de toutes choses et n’a jamais été capable de régner et de contrôler n’importe quel objet, qu’il soit animé ou inanimé. Dans toute la vaste étendue de l’univers, il n’y a pas une seule personne ou un objet qui soit né de lui ou qui existe à cause de lui ; il n’y a pas une seule personne ou un seul objet qui soit dirigé par lui ou contrôlé par lui. Au contraire, non seulement il doit vivre sous la domination de Dieu, mais il doit de plus obéir à tous les ordres et commandements de Dieu. » Les paroles pleines d’autorité de Dieu lui ont donné confiance et force, et grâce à ces paroles, il a compris que seul Dieu décide du destin des gens et que seul Dieu contrôle le ciel, la terre, toutes choses, l’univers et les étoiles. Peu importe le pouvoir qu’ont les forces perverses du PCC, peu importe la façon dont ils le poursuivent et le persécutent, sans l’accord de Dieu, ils ne réussiront pas à toucher à un cheveu de sa tête, ni à franchir les limites définies par Dieu. Il a ensuite pensé à ses jours d’arrestation et à l’horrible torture du PCC. Sans la direction et la protection de Dieu, il ne serait plus de ce monde depuis longtemps. C’est la puissance absolue de Dieu qui l’a guidé pour s’échapper de la vallée de la mort. À ce moment-là, Dieu a arrangé une situation où le PCC l’a poursuivi et l’a retrouvé, c’était le fruit de Sa volonté bienveillante. En comprenant cela, sa foi s’est renforcée et il s’est appuyé sur Dieu pour faire face à la persécution du PCC et témoigner de Dieu. Fort de cela, Zhang Zhi a continué à avancer avec la foi. Après son arrivée dans une nouvelle ville, il a pris contact avec des frères et des sœurs de cet endroit et a pu lire les paroles de Dieu et s’acquitter de son devoir comme à son habitude. Avec la direction des paroles de Dieu, il est devenu progressivement plus fort et plus résolu dans sa foi à suivre Dieu.

La main du mal l’atteint lui et sa famille, révélant une nouvelle fois la cruauté du PCC

En 2018, le PCC a déployé une autre opération nationale appelée « Opération tonnerre » pour procéder à des arrestations à grande échelle et à la persécution des chrétiens. Sa main diabolique s’est de nouveau posée sur la maison de Zhang Zhi.

Un jour, Zhang Zhi a découvert que sa sœur cadette avait parlé avec l’un de ses frères de QQ, qui avait déménagé pour le travail, et la conversation avait dérivé sur la foi. Avec la surveillance et la localisation de son téléphone portable par le PCC, son lieu de résidence a été déterminé. Sa sœur a été arrêtée. Ensuite, la police s’est rendue chez la personne qui louait sa maison à Zhang Zhi et a effectué une perquisition. Son père, un autre frère et sa femme, ainsi que leur fils de 8 ans ont tous été arrêtés. Zhang Zhi et sa mère ont échappé à cela, car ils n’étaient pas à la maison. La police a condamné l’entrée principale de cette maison louée et a menti à leurs voisins en disant : « Zhang Zhi est répertorié en ligne comme personne recherchée pour trafic d’enfants et croyances religieuses. Il y a une récompense de 50 000 yuans pour celui ou celle qui le dénoncera. »

Cette terrible nouvelle a frappé Zhang Zhi comme un éclair au beau milieu d’une journée ensoleillée. Il a pensé aux innombrables fois où sa famille et lui-même avaient déménagés année après année pour éviter d’être arrêtés par le PCC, passant d’une région à l’autre. De manière surprenante, le PCC n’avait jamais abandonné leurs poursuites et leur persécution, mais cette fois-ci il avait utilisé la localisation du téléphone portable pour arrêter sa famille, sans même épargner l’enfant de 8 ans. Il a également inventé une accusation de trafic d’enfants contre lui et ont offert une récompense. Zhang Zhi a compris que pour éradiquer tous les croyants, le PCC ne reculerait devant rien. C’est méprisable et incroyablement cruel !

Plus tard, Zhang Zhi a lu la parole de Dieu : « Il souhaite supprimer Dieu d’un seul coup pour L’insulter et L’assassiner à nouveau, et il tente de détruire et de perturber Son travail. Comment pourrait-il permettre à Dieu d’être de même statut ? Comment peut-il tolérer que Dieu “interfère” avec le travail parmi les hommes ? Comment peut-il permettre que Dieu démasque son visage odieux ? Comment peut-il permettre à Dieu de perturber son travail ? Comment ce démon, fumant de rage, pourrait-il permettre à Dieu de prendre le pouvoir sur sa cour terrestre ? Comment pourrait-il admettre la défaite volontiers ? Son visage odieux a été révélé tel qu’il est ; on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer, et il est vraiment difficile d’en parler. Cela n’est-il pas son essence ? Avec une âme laide, il croit encore qu’il est incroyablement beau. Cette bande de complices ! Ils descendent parmi les mortels pour se livrer à des plaisirs et créer le désordre. Leur perturbation entraîne une instabilité dans le monde et cause la panique dans le cœur de l’homme, et ils ont dénaturé l’homme de sorte que l’homme ressemble à des bêtes d’une laideur insupportable, ne possédant plus la moindre trace du saint homme d’origine. Ils souhaitent même prendre le pouvoir comme des tyrans sur la terre. Ils entravent le travail de Dieu de sorte qu’il peut à peine progresser et ils isolent l’homme comme s’il vivait derrière des murs de cuivre et d’acier. Ayant commis tellement de péchés et causé tellement de problèmes, comment pourraient-ils s’attendre à autre chose qu’au châtiment ? Les démons et les mauvais esprits ont été déchaînés sur la terre et ont encerclé la volonté et l’effort laborieux de Dieu, ce qui les rend impénétrables. Quel péché mortel ! Comment Dieu ne pourrait-Il pas être anxieux ? Comment Dieu ne pourrait-Il pas être en colère ? »

Zhang Zhi a compris grâce aux paroles de Dieu que le PCC menait des arrestations insensées et persécutait les chrétiens afin de perturber l’œuvre de Dieu et de contrer Son plan de gestion visant à sauver l’humanité. Il ne veut pas que les gens viennent devant Dieu et soient sauvé par Lui. Au contraire, il veut garder tout le monde sous son contrôle afin de réaliser ses ambitions folles et hégémoniques. C’est la raison pour laquelle il s’obstine à persécuter et à arrêter les croyants. Zhang Zhi s’est remémoré la garde à vue. Pour le forcer à dénoncer l’église, la police l’a battu pratiquement à mort et, même après sa libération, elle a continué à l’effrayer et à le menacer, l’empêchant d’entretenir tout contact avec d’autres croyants. Ils se sont également mis à surveiller et à localiser les téléphones portables pour le suivre, mettant tout en œuvre pour faire de sa vie un cauchemar. Il en est arrivé au point de n’avoir d’autre choix que de quitter son domicile et de fuir. Comme si cela ne suffisait pas, sa main démoniaque a également atteint sa famille, et ils ont offert une récompense pour le retrouver en le faisant passer pour une personne recherchée. Zhang Zhi a alors compris que l’essence du gouvernement du PCC est démoniaque, et qu’il est l’ennemi de Dieu. Il veut empêcher Dieu de sauver l’humanité, et empêcher les gens de croire en Dieu, de suivre Dieu et de suivre le vrai chemin dans la vie. Afin d’éradiquer tous les croyants le plus rapidement possible, la Chine devient une zone athée pour atteindre son objectif qui consiste à garder son peuple sous son emprise et à l’engloutir. Elle utilise même la localisation du téléphone portable des croyants pour les surveiller peu importe où ils se trouvent, elle fouille leurs maisons et leur inflige des amendes, elle les encercle et les piège, elle les torture sauvagement et offre des récompenses à ceux qui les dénonceront. Mais le tempérament juste de Dieu ne tolère aucune offense. Le PCC a commis d’innombrables actes cruels, et ses crimes pourraient remplir les cieux et la terre. Ce qui l’attend, c’est la juste punition de Dieu.

Zhang Zhi s’est réfugié dans un endroit encore plus éloigné pour fuir le PCC qui l’avait signalé comme personne recherchée. D’un endroit à l’autre, Zhang Zhi était toujours chaleureusement accueilli par ses frères et sœurs, lui permettant de faire l’expérience de la chaleur de la maison de Dieu.

Conclusion

En subissant la persécution sans fin du PCC, Zhang Zhi a fait la plus authentique expérience de l’autorité et du pouvoir des paroles de Dieu. Quand il a été arrêté et persécuté par le PCC, les paroles de Dieu l’ont éclairé et l’ont guidé dans la traversée de cette période si sombre. Lorsque le PCC est venu chez lui pour procéder à des arrestations surprises, Dieu l’a protégé, lui permettant d’échapper aux griffes du PCC. Lorsque le PCC a arrêté sans une once d’humanité les membres de sa famille et l’a inculpé, les paroles de Dieu l’ont guidé et lui ont permis de discerner l’essence perverse du PCC, l’inspirant dans sa décision d’trahir le PCC diabolique. Il est alors devenu prêt à se consacrer entièrement à suivre Dieu jusqu’à la fin et à s’acquitter de son devoir pour rendre l’amour de Dieu !

Zhang Zhi, China

Contactez-nous

Bienvenue à BIBLE EN LIGNE ! Pour toutes questions ou confusion dans la croyance en Dieu, veuillez nous contacter.

Bible facile

Newsletter

Abonnez-vous à notre site Web pour recevoir de riches ressources de dévotion.

subscription

Persécution des chrétiens

Persécution des chrétiens

La rubrique « Persécution des chrétiens » rassemble des témoignages de chrétiens persécutés qui ne trahissent pas Dieu.

L’amour du Seigneur m’a accompagnée à travers les grandes épreuves

L’auteure de ce témoignage est Chrétienne. Elle fut arrêtée par le Parti Communiste Chinois lors d’une réunion d’église. Pendant cette épreuve, non seulement elle n’a pas faibli, au contraire sa foi en Dieu s’est plus approfondie. Quelle merveille s’est produite pendant cette période ?

13 août 2018 7 min de lecture
L’amour du Seigneur m’a accompagnée à travers les grandes épreuves

Veuillez lire et accepter notre politique de confidentialité ci-dessous avant de lancer la discussion avec nous.

Avez-vous lu et accepté notre politique de confidentialité?