Menu

L’amour du Seigneur m’a conduit à travers la vallée de l’ombre de la mort

« Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent » (Psaumes 23:4).

Je suis chrétienne. J’ai travaillé dans un hôtel. Un jour de l’été 1997, je venais de terminer mon déjeuner lorsque trois policiers de trente ans ont surgi devant moi. L’un d’eux m’a pointé du doigt et m’a dit : « Toi, viens avec nous ! » Ne sachant pas ce qui s’était passé, je lui ai demandé : « Sur quelle base m’arrêtez-vous ? » Perplexe, mon chef et mes collègues ont également demandé : « Quelle infraction a-t-elle commise ? Où allez-vous la prendre ? » Ces policiers leur ont répondu : « Quelle loi a-t-elle brisée ! Elle croit en Dieu. Cela seul est une raison suffisante pour l’arrêter. » Puis, ils m’ont mis un capuchon noir sur la tête, à moitié traînée et à moitié poussée hors de l’hôtel, et dans leur voiture.

prière

Bientôt, ils m’ont emmené au poste de police et sont ensuite partis pour le repas, m’ayant menottée et enfermée dans une pièce sombre. A ce moment, j’avais très peur dans mon cœur et j’ai donc prié le Seigneur : « Seigneur ! J’ai très peur et je ne sais pas ce qu’ils vont faire de moi. Seigneur, sois avec moi s’il te plaît et garde-moi ! Dans le Saint Nom du Seigneur Jésus. Amen ! » Après avoir prié, mon cœur s’est un peu calmé. Pensant à l’issue maudite de Judas qui a vendu son Seigneur et ses amis, j’ai prié le Seigneur de me garder de ne pas être Judas. Un peu plus tard, un policier est entré et m’a dit avec férocité : « Sois honnête ! Combien de personnes y a-t-il dans votre église ? Dis leurs noms ! » A ce moment, je continuais à dire des prières silencieuses au Seigneur et je ne lui ai pas répondu un seul mot. Ma réaction l’a fait grincer des dents et il a menotté mes mains derrière mon dos, enchaîné mes pieds, m’a pendu à l’envers contre le mur, puis a serré ma tête et a cogné ma tête sur le mur aussi fort que possible. Les coups féroces faisaient tourner ma tête, mais je n’ai toujours rien dit. Voyant cela, le policier me frappa encore. Puis vint un autre policier qui me criait avec colère : « Vas-tu parler ? Combien de personnes y a-t-il dans votre église ? Quels sont leurs noms ? Rapporte tous leurs noms ! » En étant interrogée, je ne disais toujours rien. Puis il a commencé à m’injurier : « Fétide femme ! Tu ne crois pas au parti communiste ! Tu crois en Jésus ! » En jurant, il me brûla les lèvres, la langue et la gorge avec les cigarettes brûlantes et il me railla en disant : « Appelle ton Seigneur Jésus pour te sauver. Pourquoi ton Seigneur ne vient-il pas pour te sauver ? Tu ne peux croire qu’au parti communiste. Dépêche-toi, dis-moi leurs noms ! » Peu importe comment il m’interrogeait, je gardais le silence ; alors le policier continua à me brûler les lèvres et la gorge, et ils étaient broyés. À la suite de cela, il a attrapé ma gorge avec sa main gauche et a sauvagement inséré la matraque électrique dans ma bouche avec l’autre. Immédiatement, un courant électrique parcourut tout mon corps : tous mes muscles se contractaient brusquement et de façon incontrôlable ; ma bouche, ma gorge et ma langue ont été brûlées ; le sang coulait de ma bouche. Comme si j’étais mangée par des fourmis et percée d’innombrables flèches, je suis presque tombée dans le coma. En plus de cela, le policier jeta une tasse d’eau bouillante sur mes plaies ; la douleur était si insupportable que je ne pouvais m’empêcher de pleurer. Il fourra du papier dans ma bouche, ne me permettant pas de crier. Mais dans mon cœur, je n’arrêtais pas d’appeler le Seigneur : « Seigneur ! S’il Te plaît, sauve-moi, s’il Te plaît garde-moi, je préférerais mourir plutôt que d’être Judas. Alléluia, Amen ! » Après avoir prié, j’ai ressenti un certain réconfort en pensant aux paroles du Seigneur : « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous ». (Matthieu 5 : 10-12). Je me suis aussi souvenu de la scène où le Seigneur a été fouetté et maltraité par les soldats, et crucifié sur la croix. Pour nous sauver, nous les humains, le Seigneur a vraiment souffert beaucoup d’épreuves. Par conséquent, nous devons marcher sur le chemin sur lequel le Seigneur a marché et boire de la coupe amère qu’il a bu. J’acceptais la douleur dont je souffrais aujourd’hui. En pensant à cela, j’avais de la force et je sentais que la douleur en moi diminuait quelque peu. A ce moment, le policier a enlevé le papier dans ma bouche et a continué à essayer de me forcer à faire des aveux ; voyant que je ne disais toujours rien, il claqua la porte et partit.

Après le départ du policier, une policière de quarante ans est arrivée. Voyant que j’étais toujours pendue la tête en bas, elle me déposa sur le sol, déverrouilla mes menottes pour enlever tous mes vêtements, puis menotta mes mains à la chaise de fer, et me laissa allongée sur le dos. Puis elle a marché sur ma cheville avec des chaussures en cuir, en disant férocement : « La Chine est un pays athée. Pourquoi croire en Dieu ? Vous ne pouvez croire qu’au parti communiste. Dis-moi vite tous les gens que tu connais ; si tu ne le dis pas aujourd’hui, je te préparerai à la mort ! » En disant cela, elle m’a battue sauvagement et a collé la matraque électrique sur mon visage, mes seins et mon ventre. Le courant de surtension fit à nouveau se contracter et bondir involontairement tous mes muscles, et je ressentis la torture d’être rongée par les fourmis et percée d’innombrables flèches. Soudain, un de ses coups aléatoires est tombé sur mon nez et le sang a jailli du nez et de la bouche. Voyant cela, la policière a utilisé un mouchoir pour bloquer ma bouche. Comme elle l’a fait, elle me dit des injures : « Pourquoi ta mère t’a-t-elle donné naissance ? Puisque tu es née, tu devrais profiter de ta vie : pourquoi croire en Jésus ? » Puis, elle a pris la matraque électrique et l’a collée violemment mes parties intimes ; elle a même enfoncé le bâton dans mes parties intimes et l’a enfilé de toutes ses forces. En faisant cela, elle a serré les dents en disant : « Je vais taillader ton utérus. » Instantanément, le sang et l’urine coulèrent, et je m’évanouis sous cette angoisse insupportable. Je ne sais pas après combien de temps, j’ai été réveillée par une douleur terrible. J’ai trouvé la policière tenant une cuvette à côté de moi et mon corps nu, complètement trempé de douleur brûlante (j’ai seulement pu savoir plus tard qu’elle avait versé de l’eau salée sur mon corps). À ce moment-là, ça faisait tellement mal, mais je ne pouvais que verser des larmes silencieuses parce que ma bouche était bloquée, et que j’étais incapable de pousser un cri. Puis, cette policière m’a retournée pour m’allonger sur le ventre. Elle a utilisé la matraque électrique pour frapper mon corps brutalement et elle l’a même enfoncé dans mon anus. Cela m’a donné une douleur comme si l’anus était déchiré en morceaux. À ce moment, j’avais vraiment peur d’être torturée à mort par la policière, donc je continuais à prier Dieu dans mon cœur : « Seigneur ! Sauve-moi ! Je ne peux plus le supporter. Je meurs ! Sauve-moi ! » Après ma prière, les paroles du Seigneur surnageaient dans mon esprit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne ». (Matthieu 10 : 28). J’ai été apaisée d’un seul coup. C’est ça ! Le gouvernement du PCC peut tuer mon corps, mais il ne peut pas tuer mon âme. D’ailleurs, c’est le Seigneur qui m’a donné ce souffle et qui contrôle ma vie et ma mort, alors qu’y a-t-il à craindre ? En pensant à cela, j’ai eu la détermination de m’engager à ne pas trahir le Seigneur. Tout à fait miraculeusement, comme si mon corps était engourdi, je n’ai soudainement ressenti pas trop de douleur. Je savais que c’était le travail miraculeux du Seigneur : Il me prend en pitié et me protège. Une reconnaissance ineffable envers le Seigneur remua au plus profond de mon cœur. J’ai aussi clairement vu pourquoi le gouvernement du PCC déteste tellement les croyants en Dieu. En fait, c’est le Seigneur qu’ils détestent ; alors, ils persécutent cruellement et torturent quiconque croit au vrai Dieu. De même que le Seigneur Jésus a dit : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous ». (Jean 15:18). Pendant que je méditais sur les paroles du Seigneur, cette policière a commencé à piquer tout mon corps avec des aiguilles, sans arrêt, jusqu’à cinq heures de l’après-midi. Puis elle est partie.

Quand la nuit est venue, un policier qui faisait de permanence la nuit est venu me voir. Avec ses chaussures de cuir, il m’écrasait la taille de tout son poids et me dit en souriant : « Maintenant, as-tu mal ? Eh bien, dis-moi qui tu connais, et ensuite je ferai de toi, ici, une policière ». J’étais écœurée en le voyant, comme une bête en vêtements humains. J’ai cru au Seigneur pour être une bonne personne et je n’ai rien fait de mal. Alors, pourquoi m’ont-ils torturée à volonté avec des moyens cruels ? Je les ai vraiment haïs jusqu’au bout. Mais je ne pouvais produire aucun son à ce moment-là, alors je l’ai regardé fixement. Il m’a fouetté avec une ceinture de cuir. Je ne sais pas combien de coups de fouet j’ai reçus.Puis il a commencé à verser du vin sur mon corps et en faisant cela, il a rigolé et a dit : « Pourquoi ton Seigneur Jésus ne t’a-t-il pas sauvée ? Si tu m’avais épousé, je t’aurais déjà abandonnée. » Ensuite, il m’a fait une injection dans la hanche avec une aiguille de grande taille et a commencé à desserrer sa ceinture de cuir. J’avais très peur, en pensant : Qu’est-ce qu’il veut faire ? Est-ce qu’il va m’humilier ? J’ai prié sans cesse vers le Seigneur : « Seigneur ! Sauve-moi, s’il te plaît. Il est un démon de Satan. S’il te plait, ne lui permets pas de m’humilier ». Après avoir fini de prier, je l’ai vu frissonner de partout et partir en courant. J’ai réalisé que c’était encore le Seigneur qui m’avait gardé, et cela m’a beaucoup réchauffé le cœur. Peu de temps après, j’ai commencé à perdre connaissance et je ne suis revenue à mes sens que le lendemain matin.

Le lendemain matin, à huit heures, deux policiers sont venus dire : « Nous l’avons si durement traitée, mais elle n’a toujours pas laissé échapper un seul mot. Nous ne pouvons vraiment rien faire avec elle. » Après avoir dit cela, ils sont sortis. Vers neuf heures, un collègue de mon mari est venu leur dire : « Je viens la prendre, parce que son mari est à l’hôpital. » Un policier a déverrouillé mes menottes et m’a demandé de partir. Mais je ne pouvais pas me lever parce que tout mon corps était enflé. Je ne pouvais pas non plus dire un mot, ni savoir où la policière avait mis mes vêtements et mes pantalons, car j’étais complètement nue. Alors, ils ont trouvé un morceau de tissu pour m’envelopper et m’ont conduit à la voiture. Voyant que j’étais en train de mourir, le collègue de mon mari m’a envoyé à l’hôpital et je suis restée là toute une semaine, survivant par une transfusion sanguine, parce que j’avais perdu trop de sang à cause de leurs tortures, et survivant grâce à une perfusion. Car je ne pouvais même pas avaler de l’eau, ma langue et ma gorge étant gravement brûlées.Une semaine passa sans que je puisse boire plus qu’un peu d’eau et de lait. Plus tard, comme je n’avais pas d’argent pour payer mes soins médicaux, mon unité a payé pour moi la dépense totale de 27 500 yuans, grâce à l’amour de Dieu et à sa miséricorde pour moi. Plus tard, je suis sorti de l’hôpital pour me reposer à la maison ; à ce moment mes parties intimes et mes lèvres saignaient encore. Et tant que je saignerais, j’ai eu mal à la poitrine. Après être arrivé à la maison, j’ai appris que la police avait fouillé ma maison et emporté ma Sainte Bible. Sous peu, ma maison de location devait être démolie, mais mon chef d’unité m’a installée dans l’unité, et mes collègues se sont relayés pour prendre soin de moi. Tout cela me rappela le Psaumes 23:4 : « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : Ta houlette et ton bâton me rassurent ». J’ai pensé : Oui. C’est la miséricorde et la protection du Seigneur qui m’ont permis de sortir vivante du poste de police. Maintenant que je suis très souffrante et désemparée, le Seigneur m’envoie mes collègues pour s’occuper de moi, me laissant voir son amour pour moi. Il est toujours à mes côtés. Bien que mon corps ait commencé à se réveiller un six mois plus tard, je garde des séquelles depuis 18 ans. J’ai encore souvent des caillots de sang qui sortent de mes parties intimes (ce qui me place en ménopause forcée à quarante ans), parfois mon anus saigne aussi, et chaque fois qu’il saigne, il me fait souffrir. De plus, J’ai souvent mal à la tête et des vertiges, et mon esprit devient obtus.

Peu de temps après mon départ de l’hôpital, la police est venue me chercher à deux reprises à mon unité. A chaque fois qu’on demandait à mes dirigeants de dire où j’étais, ils leur répondaient seulement que je n’étais pas là. Alors la police n’est pas revenue. Ayant expérimenté la persécution et la tribulation, j’ai comme traversé la vallée de l’ombre de la mort. Je sais que c’est le Seigneur qui m’a guidée personnellement, et c’est le Seigneur qui m’a soutenue avec Son appui et Son bâton, afin que je n’échoue pas mais que je découvre davantage combien la miséricorde et l’amour du Seigneur sont si authentiques et si grands !

Contactez-nous

Aujourd'hui, les catastrophes sont fréquentes et c'est le moment crucial d'accueillir le retour du Seigneur. Si vous souhaitez accueillir le Seigneur avant les grandes catastrophes et être enlevé devant le trône de Dieu, n'hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions en discuter ensemble.