En m’abaissant, ma maison harmonieuse est remplie de rires

Mon père préfère les garçons aux les filles. Il a commencé à détester ma mère depuis ma naissance, juste parce que je suis une fille. Aussi loin que je me souvienne, il se battait et se disputait souvent avec ma mère. A l’époque, je me dis : « Nous sommes des filles. Et alors, quoi ? Les filles peuvent aussi être les maîtresse de la famille. » A ce moment-là, j’ai pris une résolution dans mon cœur, « Après avoir grandi et me marier, je demanderai à mon mari de m’obéir. Je ne le laisserai jamais m’intimider comme mon père traite ma mère. Je ne peux pas vivre en étant lâche. » Avec cette volonté, quand j’étais à la maison, j’aidais souvent ma mère pour son travail, ne permettant pas de me rabaisser. Au fur et à mesure que je grandissais, je suis devenue la principale soutien de ma famille et j’étais capable de faire les travaux ménagers et agricoles. J’ai gagné les éloges de mon père, grâce à mes efforts, et mon père ne se plaignait plus qu’une fille était inférieure à un fils.

Après mon mariage, j’avais de l’espoir pour ma vie. Pendant que mon mari faisait des affaires, j’ai entrepris tout le travail à la maison – notre vie était satisfaisante. Au cours des deux premières années, mon mari discutait calmement des affaires familiales avec moi, ce qui m’avait beaucoup ravi. C’était gentil de sa part d’en parler avec moi. J’ai senti que mon souhait de mon enfance s’était réalisé et que j’étais la maîtresse de cette famille.

Cependant, les beaux jours n’ont pas duré longtemps. Un jour, mon mari m’a demandé de lui donner sa carte d’identité. « Pour quelle raison ? » Je lui ai demandé. Il me répondait évasivement et ne m’en a pas donné la raison. Après cela, j’ai constaté que pendant plusieurs jours, il sortait tôt et qu’il rentrait tard à la maison. Quand je lui ai demandé où il était allé, il a toujours évité de me répondre. Je me suis dit : « Maintenant que tu es capable, tu oses faire des choses sans me dire ? Je dois savoir ce que tu fais. Si je découvre que tu fais des choses à mon insu, attends et tu verras ! » Quelques jours plus tard, j’ai appris de ma belle-sœur que mon mari leur avait prêté vingt mille yuans. J’ai eu mal au cœur quand j’ai entendu ceci. Mais je ne pouvais pas manifester ma colère devant elle, pour lui faire une bonne impression, j’ai fait semblant d’être au courant. Quand mon mari est rentré à la maison ce soir-là, je lui ai précipitamment posé des questions sur l’argent qu’il avait prêté. Néanmoins, il s’est entêté à le nier. Je lui ai alors pris la main et lui ai dit : « Vas y ! Demandons à ton frère. » Il s’est alors mis en colère : « Toi, une femme, occupe-toi de tes affaires. Fais bien ton ménage, ça suffit. » En entendant ses mots, je me suis senti immédiatement douloureuse dans mon cœur, comme si j’avais été frappé par quelqu’un avec une massue. Les larmes d’avoir été lésées continuaient à couler sur mon visage. J’ai travaillé dur pour cette famille, mais je ne m’attendais jamais à ce que mon mari dise de tels mots pour me blesser. Et il a dit que c’était suffisant pour que je ne m’occupe que des travaux ménagers. Étais-je une nounou qu’il a engagé ? Je n’avais jamais pensé que mon mari me dirait les mêmes mots que ceux de mon père à ma mère. Il s’était avéré qu’aux yeux de mon mari, je n’étais rien d’autre qu’une femme de foyer, qui n’avait besoin que de faire des travaux ménagers et n’avait pas de la voix au chapitre des affaires familiales. Plus j’y pensais, plus je devenais triste. J’ai pensé : « Si je ne peux même pas être maîtresse de ma famille, qu’est-ce que cela signifie pour moi de vivre ainsi ? »

Je n’essaierai plus d’être la maîtresse de ma famille !

Après un cri amer, je n’étais pas prêt à vivre une telle vie. Je me rendais donc souvent à la vitrine de la boutique qui était dirigée par mon mari pour veiller sur lui. Chaque fois qu’il recevait un appel téléphonique, je lui demandais anxieusement « qui c’était », chaque fois qu’il rentrait chez lui après avoir rendu visite à d’autres personnes la nuit, je lui demandais avec insistance : « Où étais-tu ? Qui d’autre y était ? » Par mes questions constantes sur ces bagatelles, il se sentait souvent très irrité. D’ailleurs, en temps normal, je me révoltais et me méfiais de son travail quoi qu’il arrive, et je le harcelais souvent, désireux de le laisser m’écouter et d’agir selon mes normes. Pour cette raison, nous nous disputions et nous nous battions souvent, effrayant mes enfants au point qu’ils se cachaient derrière la porte. Peu à peu, dès qu’il avait du temps libre, il sortait discuter avec les autres pour m’éviter délibérément. Il ne rentrait chez nous que lorsqu’il avait faim ou qu’il avait besoin de dormir, comme si notre maison n’était pour lui qu’un restaurant ou un hôtel. Bref, il était hors de mon contrôle. Par conséquent, mon tempérament s’est aggravé. En colère, je criais le long de la journée, ce qui, à son tour, m’avait épuisé. Sous la dépression à long terme, on m’a diagnostiqué une dépression, et le médecin m’a dit de ne pas rester longtemps à la maison, mais de sortir pour me détendre. Pour le bien de ma famille, j’avais essayé de contenir ma colère, mais peu importe combien de fois que j’avais essayé, c’était en vain. Une fois que mon mari faisait quelque chose qui ne me plaisait pas, je me mettais en colère de façon incontrôlable. Notre relation est devenue de plus en plus tendue et je ne savais pas comment inverser la situation. À mon moment inquiétant et impuissant dans la vie, le salut de Dieu des derniers jours est venu sur moi.

Un jour, un parent est venu témoigner de l’œuvre de Dieu des derniers jours. Je lui ai raconté mes souffrances et elle a échangé avec moi, « Cette fois-ci, Dieu est venu exprimer des paroles pour véritablement débarrasser l’homme de ses péchés et nous sauver de la corruption et de l’affliction de Satan. Dieu veut atteindre le résultat que nous ne vivons plus par notre tempérament satanique mais par Sa parole et vivons comme un vrai homme, qui a la conscience et la raison, qui peut pardonner, tolérer et comprendre les autres, et ainsi de suite. Ce n’est qu’en écoutant les paroles de Dieu que nous pouvons obtenir les bénédictions de Dieu et que nous ne pouvons pas être affligés par Satan. » Ayant entendu son échange, je savais que je pourrais vivre comme un vrai humain et obtenir les bénédictions de Dieu en croyant en Dieu. J’étais donc prêt à enquêter et à accepter le salut de Dieu. Quand j’avais des réunions avec des frères et sœurs, j’avais vu qu’après avoir lu les paroles de Dieu, tous pouvaient s’ouvrir pour parler des corruptions qu’ils avaient révélées en rencontrant quelque chose, et comment ils ont trouvé les paroles de Dieu par la suite pour les résoudre. Quand ils ont échangé sur le salut de Dieu pour eux, leurs visages débordaient de joie et de bonheur. En échangeant avec eux, je me suis senti illuminé dans mon cœur et je les ai aussi enviés. Comme c’est merveilleux ce genre de vie ! Les frères et sœurs ont aussi échangé que Dieu nous demande d’être honnêtes, et que Dieu nous écoutera si nous Lui ouvrons notre cœur et Lui disons nos vraies difficultés. J’ai donc essayé de raconter mes difficultés à Dieu, en espérant recevoir l’aide de Dieu, afin de ne pas traiter mon mari de cette façon. Petit à petit, je ne me sentais plus étouffante mais beaucoup plus détendue dans mon cœur.

Un jour, lors d’une réunion, j’ai raconté à mes frères et sœurs, mon conflit incessant avec mon mari. Puis la sœur Zheng m’a dit : « Ta difficulté est commune à tous. Nous voulons tous prendre en charge notre famille et contrôler les autres. Ceci est un tempérament satanique corrompue. Nous avons souffert à cause du poison de Satan. Au commencement, Dieu a créé l’homme et l’homme a vécu dans les bénédictions de Dieu avec la paix et le bonheur. Adam et Ève pourraient traiter les paroles de Dieu comme la norme de base. Ils écoutaient les paroles de Dieu et obéissaient à Dieu. Ils ont adoré Dieu, exalté Dieu et L’ont honoré comme étant grands sur terre. Plus tard, l’homme a trahi Dieu, parce que Satan a tenté Ève de manger le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Depuis ce jour, l’homme a perdu les bénédictions de Dieu et a vécu sous le domaine de Satan. Trompés par Satan, nous nous battons les uns avec les autres, nous refusons de nous obéir les uns les autres et nous voulons nous contrôler les uns les autres. Ce sont les faits que nous avons été corrompus par Satan. Les paroles de Dieu nous disent à la fois la vérité et la racine de l’homme corrompu par Satan. Dieu veut nous faire comprendre la mauvaise essence de Satan, que nous rejetions le contrôle de notre tempérament satanique corrompue et que nous vivions selon les paroles de Dieu. De cette façon, nous deviendrons de nouvelles personnes créées par Dieu à travers Ses paroles, et nous jouirons des bénédictions de Dieu. »

Mon cœur s’est légèrement libéré, en entendant sa communication, j’ai appris à connaître mes caractères corrompus et j’avais aussi l’espoir de m’en débarrasser. Puis la sœur Zheng m’a lu un passage de mots de vérité qui disait : « Humanité cruelle, brutale ! Machinations et intrigues, bousculades entre eux, ruée vers la réputation et la fortune, massacre mutuel — quand tout cela finira-t-il ? Dieu a prononcé des centaines de milliers de paroles, mais personne n’est revenu à la raison. […] Combien sont-ils ceux qui ne posent pas des actions pour leurs propres intérêts ? Combien n’oppriment pas et ne font pas de discrimination contre les autres pour maintenir leur propre statut ? » (Extrait de « Les méchants doivent être punis »)

Elle a échangé avec moi en disant, « Nous voulons tous que les autres nous écoutent et nous voulons souvent les contrôler et les opprimer. Ceci est dominé par une nature arrogante. Et nous ne l’avons qu’après la corruption de Satan. Dieu a créé l’homme et Il veut que l’homme vif en paix. À l’ère de la Loi, Dieu a émis des commandements par l’intermédiaire de Moïse, exigeant de l’homme qu’il observe la loi et les commandements. A l’ère de la Grâce, le Seigneur Jésus a enseigné à l’homme la patience et la tolérance. Cependant, aucun d’entre nous, à part quelques humains, n’ont agi totalement selon les paroles de Dieu. Surtout dans le temps présent des derniers jours, comme nous avons été de plus en plus profondément corrompus par Satan, nous sommes tous arrogants et prétentieux, et nous nous considérons très honorables et nous sommes égocentriques dans tout ce que nous faisons. Une fois que les autres font quelque chose qui ne nous convient pas, nous lui donnerons un bon avertissement. Alors, non seulement s’entendre bien avec les autres est difficile, mais nous vivons aussi dans l’agonie… » En écoutant son échange, j’ai compris que mon arrogance sauvage et ma vanité à la corruption de Satan sont totalement responsables de mes querelles incessantes avec mon mari. Je voulais être la maîtresse et la décideuse de ma famille, dès mon enfance. Je ne voulais pas que les autres me méprisent. J’avais enfin mon propre petit monde, après mon mariage. J’ai traité mon mari et mes enfants comme des objets sur lesquels je pouvais aboyer. Lorsqu’ils obéissaient tous, j’étais heureux ; lorsqu’ils me désobéissaient, j’étais furieuse, et rugissante. Je voulais toujours contrôler mon mari – il doit d’abord obtenir ma permission dans tout ce qu’il veut faire. En conséquence, il se tenait à l’écart de moi et m’évitait, et je vivais dans un grand tourment. Maintenant, je savais que toutes les causes de toute ma souffrance parce que mon tempérament corrompu satanique avait pris le dessus sur moi.

La sœur m’a lu un autre passage de la parole de Dieu : “Why were people formerly able to follow the flesh ? Because they considered themselves to be pretty good. They felt right and justified, having no faults, indeed entirely correct. They therefore could act with the assumption that justice was on their side. When one recognizes what his true nature is, how ugly, how despicable, and how pitiful, then he is not too proud of himself, not so wildly arrogant, and not so pleased with himself as he was before. He feels, ‘I must be earnest and down to earth, and practice some of God’s word. If not, I will not measure up to the standard of being human, and will be ashamed to live in God’s presence.’ He truly sees himself as paltry, as truly insignificant. At this time it is easy for him to carry out truth, and he looks more like a human being”. (“Chapter 36. Knowing Oneself Is Mainly Knowing Human Nature” in R ecords of Christ’s Talks ). Ces mots indiquaient la situation dans laquelle j’étais. Dans le passé, je pensais que les points de vue auxquels je m’accrochais étaient justes. Je me croyais plutôt intelligente et bonne, et je pensais qu’il était juste et justifié d’être un maître des autres. C’était le tempérament satanique de l’arrogance et de la vanité, qui était laid et détesté par Dieu. Pour me débarrasser de ce tempérament arrogant, je dois me connaître par les paroles de Dieu et agir selon les exigences de Dieu. Ce n’est que de cette façon que je pourrais vivre la ressemblance d’un humain. Après cela, je priais souvent Dieu, Lui demandant de me guider pour pratiquer la vérité, afin que je donne un bon investissement à mon mari. Sous la direction de Dieu, j’ai progressivement appris à me mettre de côté et à ne plus contrôler mon mari. Parfois, quand je ne pouvais pas l’étouffer, je priais Dieu et Lui demandais d’aide, afin d’être libre du contrôle de mon propre tempérament satanique et de ne pas traiter mon mari avec ma propre volonté.

Un jour, je venais de rentrer chez moi après un déplacement pour accomplir mon devoir, quand mon parent a conduit sa voiture à ma porte. En me voyant, il a dit, « Oh, voilà le fabricant de pâte que tu as commandé. Je te l’ai apporté. » En le disant, il a sorti la machine à pâtes de son véhicule en même temps. J’étais étonnée et dis, « Nous l’avons acheté ? Comment se fait-il que je n’étais pas au courant ? Il y a que deux personnes chez moi et nous avons à peine un petit pain à la vapeur. N’occupe-t-il pas de l’espace ? Et je ne l’utiliserai pas souvent » Il a souri et a dit, « Puisse qu’il est acheté, utilise-la donc. » De nouveau, j’ai commencé à me mettre en colère contre mon mari, en pensant : « Une si grande affaire que tu me l’as même cachée. Humph, j’occuperai de toi quand tu reviendras à la maison. » A ce moment-là, j’étais conscient que j’avais tort et que mon tempérament satanique était sur le point d’éclater. Puis j’ai pensé : Non. Je dois chercher la volonté de Dieu, je ne peux pas encore me disputer avec mon mari. Alors j’ai donc prié Dieu : « Ô Dieu ! Aujourd’hui Tu m’arrange cette affaire et pour c’est contre ma volonté. Peux-tu m’empêcher d’éclater en colère à ce sujet. Je suis prête à abandonner ma chair et à m’humilier. Que tu me guide ! » Après avoir prié, j’ai pensé à ces mots qui disaient : « Il se peut que parfois tu ne satisfasses pas Dieu. C’est parce que tu ne comprends pas la volonté de Dieu. La fois suivante, même s’il te faut faire plus d’efforts, tu dois Le satisfaire et non satisfaire la chair. Quand tu expérimenteras de cette façon, tu auras appris à connaitre Dieu. » (Extrait de « Ceux qui aiment Dieu vivront éternellement dans Sa lumière »)

De ces paroles, j’ai compris la volonté de Dieu. Dans le passé, je ne pratiquais pas cette vérité, mais cette fois que je dois trahir ma nature arrogante et vivre selon les paroles de Dieu. Dieu a permis que mon mari ne m’écoute pas et ne me consulte pas. Je dois me soumettre aux orchestrations et aux arrangements de Dieu. Après le retour de mon mari à la maison, je lui ai dit : « Le fabricant de pâtes que tu as acheté a été envoyé à la maison par notre parent. Branchez-le rapidement. » Il m’a jeté un regard et m’a dit : « Tu n’es pas fâchée ? Je l’ai achetée parce que je pense que tu vas te sentir fatiguée quand tu pétris la pâte car il fait de plus en plus chaud. » En entendant ses mots, j’ai dit en souriant : « Au début, j’étais en colère et j’attendais pour t’arranger. Mais alors j’ai pensé instantanément que je suis une croyante en Dieu et donc je dois prier Dieu, Le laissant me guider quand quelque chose m’arrive, afin que je sache ce qu’il faut faire, et ce qui est selon Son cœur et pour Le satisfaire. Un livre spirituel, la parole de vérité dit, “‘Now I’ll tell you a simple practice: First set aside your own intent, set aside your own interests, set aside your selfish desires. After you have done this for a while, your condition within you will be transformed without your awareness of it. … one that feels that believing in God is good, that being a good person is good, that feels an impetus toward being a good person, that is interested in becoming a good person, that feels living in this way is meaningful, and which through so living feels satisfaction, certainty, peace, and enjoyment within the heart. Changing into this sort of condition is a great result.” (“Chapter 65. You Can Obtain Truth After Turning Your True Heart Over to God” in R ecords of Christ’s Talks). En pensant à ces mots, je savais qu’en rencontrant des choses, je devais d’abord mettre de côté mes motivations égoïstes et mes propres intérêts. Je ne devrais pas me satisfaire. En pratiquant ainsi, je serai changé sans le savoir. J’aurai la force motrice pour être une personne comme ça, je trouverai que me mettre de côté est une chose significative, et je sentirai le plaisir, la paix et la sécurité dans mon cœur. Grâce à Dieu ! Ce sont les paroles de Dieu qui m’ont gardé. Ces dernières années, on ne s’entend pas bien tous les deux. Tout est de ma faute. Je veux toujours que tu m’écoutes et je veux te contrôler. Maintenant, je vais vivre selon les paroles de Dieu et laisser Dieu me sauver et me purifier. » En entendant mes paroles, mon mari a souri en disant : « Les paroles de Dieu peuvent vraiment changer l’homme. J’ai vu un miracle en toi. J’ai vraiment vu les œuvres de Dieu. » J’ai ressenti une joie extatique et incomparable dans mon cœur, en entendant ses paroles. J’ai remercié de tout mon cœur le salut de Dieu pour moi. Après une période de coopération, mon mari a accepté l’œuvre de Dieu des derniers jours. Ensemble, nous avons vécu une vie d’église, lu les paroles de Dieu et chanté des hymnes pour louer Dieu. Depuis lors, nous avons mis les paroles de Dieu comme le maître et le décideur entre nous, puis les acclamations et les rires ont été entendus partout dans ma famille. Nous vivions dans la paix et le bonheur !

Nous pourrions avoir une vie si heureuse aujourd’hui, c’est le résultat du jugement de Dieu par Ses paroles. J’avais l’habitude de vivre selon mon tempérament arrogant et satanique ; je voulais que mon mari m’écoute, et s’il ne m’écoutait pas, je me disputais avec lui. Ceci a conduit à notre désaccord et à mon indicible agonie. Ce sont les paroles de Dieu Tout-Puissant qui m’ont sauvé et changé, me permettant de voir clairement la ruse et l’affliction de Satan à mon égard. Je ne vis plus selon mon tempérament naturel. Au lieu de cela, je me comporte selon les paroles de Dieu et selon la vérité. Maintenant, ma famille vit sous la direction des paroles de Dieu, jouissant du vrai bonheur et de la paix, et nos vies sont pleines de bonheur et de joie. Grâce à Dieu !

Auteur : Li Fan, Chine

Traduction par Christopher azibo

* Si vous recevez une révélation de Dieu, nous serons ravis de la partager avec vous via notre fenêtre de discussion instantanée située en bas de notre page web ; ou écrivez-nous à l’adresse info@lesalut.org. Nous espérons sincèrement grandir spirituellement en communiant les uns avec les autres.

Cela vous intéresse-t-il peut-être de :

3 Avril 2018 – Proverbes 17:17 L’ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère. Proverbes 17:17 Réflexion sur le verset du jour Dieu est amour. Dieu ...
18 Mars 2018 – Genèse 22:2 Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes...
En m’inspirant de la parole de Dieu tout-puissant, j’ai trouvé un sens à ma vie Je m’appelle Novo, je suis philippin. Depuis mon enfance, j’ai cru en Dieu avec ma mère. Je suis allé à l’église avec mes frères et sœurs pour suivre ...
La signification de l’instauration de la communion par le Seigneur Avant d’être crucifié, le Seigneur Jésus instaura Son souper. Le Seigneur utilisa le pain et la coupe comme symboles de Son propre corps et de Son pro...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *