La signification de l’instauration de la communion par le Seigneur

Avant d’être crucifié, le Seigneur Jésus instaura Son souper. Le Seigneur utilisa le pain et la coupe comme symboles de Son propre corps et de Son propre sang, et demanda à Ses disciples de les manger et de les boire. Alors, quelle était la volonté du Seigneur Jésus en faisant cela ? Quelle était la signification particulière de cette action.

Il est noté dans la Bible, « Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs. Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu. » (Marc 14 : 22-25). Dès lors, observer le jeudi saint, en prenant la Sainte Cène et en rompant le pain, est par conséquent devenu l’un des rituels importants du christianisme. Les chrétiens appellent ce jour le jour du Seigneur, un jour où ils se souviennent du Seigneur. Ou ils l’appellent le culte du dimanche, un jour où ils louent le Seigneur.

La signification de l’instauration de la communion par le Seigneur

Au début des années 1980, j’étais une enfant et j’assistait souvent au culte avec ma mère. Durant les réunions de prière et de lecture de la Bible habituelles, je ne comprenais pas les sermons ou la Bible. J’aimais juste participer à la sainte communion tous les dimanches. Mais je ne pouvais prendre la Sainte Cène, manger le pain ou boire la coupe, parce que je n’étais pas baptisée. Chaque fois que tout le monde chantait l’hymne « cette nuit où jésus a été trahi », je pleurais avec eux. La Bible note, « … c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. » (1 Corinthiens 11 : 23-25). Pendant ce temps, les scènes de la crucifixion du Seigneur Jésus repassaient dans ma tête comme un film, telles qu’elles avaient été racontées par ma mère. Je savais que c’était le Seigneur Jésus qui a racheté toute l’humanité et Son sang précieux est devenu le sacrifice d’expiation pour le péché de l’humanité. Ainsi, nous avons été pardonnés des péchés et nous n’avons pas été exécutés par la loi. Et si nous commettons des péchés, tant que nous prions, confessons et nous repentons au Seigneur, nous serons pardonnées.

Ma mère me disait souvent : « En tant que chrétiens, nous devons observer la Sainte Cène en mangeant le pain et en buvant la coupe chaque semaine. Ce n’est pas seulement pour se souvenir du Seigneur, mais plus important encore, si nous ne rompons pas le pain ou ne buvons pas le vin, nous n’aurons aucune part dans le Seigneur. De plus, ceux qui commettent des péchés mais ne se repentent pas pendant la semaine sont impurs et ne peuvent rompre le pain ou boire la coupe. Sinon, ils souilleront le corps du Seigneur et offenseront Dieu ». Une fois, j’ai entendu ma mère dire : « Un jour, un frère s’est avancé pour prendre la Sainte Cène. Cependant, alors qu’il venait de tendre la main vers le plat il s’est évanoui au sol et a moussé à la bouche. Nous avons tous paniqué, puis nous nous sommes agenouillés ensemble pour prier et nous confesser au Seigneur. Après cela, le frère est venu et a confessé ses péchés devant le Seigneur. Alors nous avons su que durant cette semaine-là, non seulement il avait volé des récoltes et s’était aussi querellé avec un non-croyant, mais il avait aussi haï et maudit le non-croyant dans son cœur. Nous avons aussi compris que le Saint-Esprit sauvegardait la sanctification du jour du Seigneur. Cet incident nous a fait craindre Dieu. Ensuite, chaque jour du Seigneur, quiconque avait péché dans la semaine se confessait volontairement et ne prenait pas de pain ou ne buvait pas la coupe. Ils ne pouvait que se tenir à l’écart et se repentir au Seigneur en larmes. »

Avant que je le sache, l’année 1992 est arrivée. Après avoir quitté l’école, j’ai travaillé dans la ville. Il est arrivé qu’un jour du Seigneur je suis rentré à la maison et j’ai vu ma mère tarder à aller à la réunion. J’ai demandé quelle était la raison elle a expliqué, « l’église a été divisée en deux factions, et divers péchés sont commis tous les jours. Les Pasteurs et les Anciens se relaient pour garder les offrandes de l’église et le livre de comptes. Mais, peu importe qui les protège, le livre de comptes se perd au bout de quelques mois. Ainsi, il doit y avoir du tumulte immédiatement après la sainte communion. Je me demande simplement : on peut dire que ce sont les Pasteurs et les Anciens qui ont volé l’argent de l’église, mais pourquoi le Saint-Esprit ne les discipline-t-il pas ? Ils conduiront toutefois la sainte communion, à rompre le pain et à boire la coupe. Les Pasteurs et les Anciens sont tous comme cela, sans parler des frères et sœurs. Ils sont encore plus dissolus. Certains font des affaires, d’autres forment des cliques, d’autres encore jugent et calomnient les autres. Chaque fois que j’assiste à la réunion, voyant ces choses, je me sens triste dans mon cœur. Sinon, je me sentirai coupable. La Bible dit, “C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur” (1 Corinthiens 11 : 27). Eh bien, ceci est un grand péché ! ».

Ôtez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de traficstrong » (Jean 2 13-16)

C’est ce que ma mère a un jour dit avec un soupir. En entendant cela, le sentiment sacré et pieux que j’avais du jour du Seigneur a soudainement disparu de mon cœur. A cette époque, j’ai pensé aux scènes du Seigneur Jésus entrant dans le temple, telles qu’elles sont décrites dans la Bible : « La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ; et il dit aux vendeurs de pigeons : Ôtez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic » (Jean 2 : 13-16). Pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il dit qu’ils ont détruit le temple ? La raison est la suivante : A l’origine, l’Esprit du Seigneur Dieu veillait sur le temple, et tous les actes impies qui s’y trouvaient étaient punis par la loi, sans parler des actes de vente de bœufs, de moutons et de colombes ; cependant, par la suite, il est arrivé que de tels actes, comme la vente de bœufs, de moutons et de colombes et l’échange d’argent, n’étaient pas punis par la loi. Pourquoi Jéhovah Dieu ne les a–t-il pas châtiés ? Pourquoi n’a–t-il pas utilisé la loi pour les punir ? De même, l’église est aujourd’hui le corps du Seigneur. Mais ceux qui ont péché et ne se sont pas confessés rompent toujours le pain et boivent la coupe. Pourquoi le Seigneur ne fait-il rien à leur sujet ? Je me sentais très perplexe.

Depuis lors, j’ai souvent prié devant le Seigneur avec cette question. Un jour, alors que je pratiquais ma dévotion spirituelle, j’ai réfléchi à cette question : nous sommes maintenant dans les derniers jours et les iniquités se multiplient dans l’église. Personne n’est capable de suivre la voie du Seigneur. Nous rompons tous le pain et buvons la coupe avec des péchés, ce qui souille la sainteté du Seigneur. De plus, les Pasteurs et les Anciens n’ont aucun message à prêcher, et beaucoup de croyants sont froid dans leur foi et leur amour. Le Seigneur observe très attentivement toutes les conditions. Comment ne pourrait-il pas faire quelque chose ? A moins qu’il n’ait des arrangements particuliers. Peut-être a-t-il déjà fait connaitre clairement sa volonté pendant Son repas. J’ai donc ouvert la Bible et relu les paroles du Seigneur, « Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu. » (Marc 14 : 25). Considérant la prophétie du Seigneur Jésus, j’ai semblé comprendre sa volonté. Le Seigneur Jésus a dit à son repas, « jusqu’au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu ». Ces mots ont au moins deux niveaux de signification. Premièrement, le Seigneur Jésus a conclu une alliance avec nous. En d’autres termes, il y a une limite à la période pendant laquelle nous devrions observer la Sainte Communion. Quand le royaume de Dieu apparaîtra, nous n’aurons pas besoin de rompre le pain et boire le vin qui représente le corps et le sang du Seigneur. Alors à quoi se réfère « le royaume de Dieu » ? Il est facile de trouver la réponse dans la Bible. Le Seigneur Jésus a dit, « Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Matthieu 6 :9-10). « Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles. » (Apocalypse 11 :15). Le Seigneur Jésus nous a quitté depuis deux mille ans seulement. S’il n’avait pas établi la Sainte Communion, nous l’aurions probablement quitté. C’était parce que nous avions observé la sainte communion pour nous souvenir du Seigneur que nous ne l’avions pas quitté, et que nous nous sommes rapprochés du Seigneur et que nous pourrions avoir l’occasion de voir Son retour. Deuxièmement ; au retour du Seigneur, nous serons conduits par Lui dans le royaume de Christ. Quand le temps viendra, il ne sera plus nécessaire de prendre le pain et le vin, ni d’observer la Sainte Communion. Tout comme lorsque le Seigneur Jésus est venu pour œuvrer sur la terre à cette époque, les gens pouvaient obtenir Sa grâce aussi longtemps qu’ils suivaient le Seigneur après avoir écouté Ses propres paroles. Et quand ils commettaient des péchés, tant qu’ils priaient, se confessaient et se repentaient au Seigneur, ils étaient pardonnés. Ceux qui ne suivaient pas le Seigneur Jésus étaient rejetés par Lui. Ils commettaient des péchés sans aucun remords intérieur ni aucune discipline. Même s’ils offraient des sacrifices, cela ne fonctionnait pas du tout pour eux. Au lieu de cela, ils ont péché et ont encore plus résisté à Dieu.

A la fin des derniers jours, si nous voulons accueillir la seconde venue du Seigneur, nous devons veiller à rechercher les empreintes de Dieu au lieu de continuer à observer la Sainte Communion. Ce n’est que de cette manière que nous pouvons recevoir la source de la vie. Sinon, nous pouvons seulement continuer à vivre dans le péché. En cela, avez-vous compris la signification particulière de l’établissement de la Sainte Communion par le Seigneur ?

Auteur : Yinzi, japon

* Si vous recevez une révélation de Dieu, nous serons ravis de la partager avec vous via notre fenêtre de discussion instantanée située en bas de notre page web ; ou écrivez-nous à l’adresse info@lesalut.org. Nous espérons sincèrement grandir spirituellement en communiant les uns avec les autres.

Cela vous intéresse-t-il peut-être de :

Dieu est mon secours – Verset biblique en image Psaumes 54:4 Voici, Dieu est mon secours, Le Seigneur est le soutien de mon âme.
Journal spirituel d’un chrétien – Je ne souhaite pas me rendre à l’église 12 mai 2017 C’est une belle journée aujourd’hui. À l’extérieur de la fenêtre, soufflait tout doucement une légère brise. Dans la cour, les feuilles...
Dieu est mon seul appui Le 14 octobre 2015, parce qu’il avait beaucoup neigé pendant des jours, la neige était épaisse sur le sol et le toit. Le matin, lorsque la neige s’e...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *