Menu

Les paroles de Dieu me guident sur la manière d’élever mes enfants

J’ai deux fils qui ont une différence d’âge d’un an. Afin de les élever pour qu’ils soient cultivés, bien éduqués, de bonnes personnes qui pourront s’établir dans la société et réussir, quand ils avaient deux ans, j’ai parlé avec mon mari au sujet de chercher une bonne maternelle pour eux. Après des visites, des recherches et des comparaisons, nous avons choisi une maternelle anglaise parce que l’on y accordait une grande importance au calibre et aux capacités des enfants, ce qui correspondait à mon point de vue sur l’éducation des enfants. Même si les frais de scolarité étaient un peu élevés, tant que les enfants étaient capables de mieux se développer et de recevoir une meilleure éducation, il valait la peine de dépenser un peu plus d’argent.

Alors que mes enfants grandissaient, j’ai constaté qu’ils n’étaient pas aussi sensibles et obéissants que je l’avais espéré. Au contraire, ils étaient extrêmement exigeants et rebelles. Par exemple, quand je les emmenais au centre commercial et qu’ils voyaient quelque chose qui leur plaisait, ils le prenaient tout simplement et si je ne le leur achetais pas, ils se jetaient par terre, pleuraient et faisaient toute une histoire. Quand ils jouaient avec d’autres enfants, s’ils voyaient quelque chose qui leur plaisait, ils le leur arrachaient. Si les autres enfants ne le leur donnaient pas, ils les frappaient. Voyant mes enfants si capricieux et exigeants, je les réprimandais fermement chaque fois. Cependant, non seulement cela était inefficace, mais mes enfants devenaient de moins en moins obéissants. Une fois que je les réprimandais, ils jetaient leurs vêtements et leurs souliers à la poubelle. Quand ils étaient en colère, ils prenaient des ciseaux et coupaient leurs vêtements, leurs draps et leurs oreillers. Cela me rendait très triste. Comment mes enfants pouvaient-ils être si arrogants et mal élevés ? J’ai suggéré qu’ils changent d’école, mais mon mari n’était pas d’accord. Il a dit que les enfants devaient grandir naturellement et spontanément. L’attitude de mon mari envers mes enfants me fâchait énormément : un excellent enfant est nourri, n’est pas abandonné à se développer par lui-même. Qui sait comment ils deviendraient si on les laissait se développer indépendamment ! Mais peu importe comment je tentais de le persuader, mon mari insistait toujours sur son point de vue. Je me sentais extrêmement peinée de voir mon mari comme un père tellement irresponsable. Si nous continuions ainsi, que deviendraient nos enfants dans l’avenir ! Plus j’y pensais, plus j’étais inquiète et je ne savais pas quoi faire. Je me sentais confuse à propos de l’éducation de mes enfants et je me sentais affligée et inquiète.

En mars 2017, j’ai accepté l’Évangile de Dieu. Un jour, en juin de cette année-là, j’ai vu que les paroles de Dieu disaient : « En plus de la naissance et de leur mission éducative, la responsabilité des parents dans la vie d’un enfant est tout simplement de lui fournir un environnement formel pour grandir, car rien en dehors de la prédestination du Créateur n’a une incidence sur le destin d’une personne. Personne ne peut contrôler le genre d’avenir qu’une personne aura ; cela est prédéterminé longtemps à l’avance, et même pas ses parents ne peuvent changer son destin. En ce qui concerne le destin, chacun est indépendant, et chacun a son propre destin. Ainsi, aucun parent ne peut empêcher le destin de quelqu’un dans la vie ou exercer la moindre influence sur le rôle que quelqu’un joue dans la vie. On pourrait dire que la famille dans laquelle on est destiné à naître et l’environnement dans lequel on grandit ne sont rien de plus que les conditions préalables à l’accomplissement d’une mission dans la vie. Elles ne sauraient en aucune façon déterminer le destin d’une personne dans la vie ou le genre de destin qu’une personne aura en cours de l’accomplissement de sa mission. Et donc aucun parent ne peut aider quelqu’un dans l’accomplissement d’une mission dans la vie, aucun membre de la famille ne peut aider quiconque à assumer son rôle dans la vie. La manière d’accomplir sa mission et le genre de milieu de vie où réaliser son rôle sont entièrement déterminés par son destin dans la vie » (« Dieu Lui-même, l’Unique III »). Quand j’ai lu les paroles de Dieu, j’ai compris que nous ne faisons que donner naissance à nos enfants, les élevons et leur fournissons un environnement propice à leur croissance, bien que nous soyons leurs parents. En ce qui concerne leur avenir, le genre de rôle qu’ils joueront et les missions qu’ils rempliront, tout est entre les mains de Dieu. C’est Dieu qui est responsable de leur destin et qui détermine leur avenir, pas leurs parents. La seule chose que je peux faire, c’est de prier Dieu, de confier mes enfants à Dieu et d’espérer que Dieu les guide dans leur croissance. J’ai aussi réfléchi à la façon dont je traitais mes enfants. J’utilisais toujours mes capacités pour contrôler mes enfants par force et faire pression sur eux et, chaque fois que je voyais mes enfants désobéir, je les réprimandais sévèrement, pensant que je changerais leurs mauvaises habitudes et améliorerais leur calibre de cette façon. Mais non seulement mes enfants ne sont pas devenus obéissants et sensibles, ils sont devenus de plus en plus rebelles en fait. Maintenant, il me semble que je ne comprenais pas la vérité et que je ne connaissais pas la domination et les arrangements de Dieu. Je ne pouvais donc pas élever mes enfants, encore moins leur permettre de grandir en bonne santé. Je devais changer ma méthode d’éducation et les traiter avec la bonne attitude. Après cela, quand mes enfants commettaient des erreurs, je leur parlais patiemment et les rendais conscients de leurs propres méfaits. Quand je les voyais tous les deux incliner la tête et arrêter de parler, je ne les réprimandais pas davantage. Parfois, ils étaient trop vilains et je les punissais un peu et leur demandais de faire face au mur et de réfléchir à leurs actions. Peu à peu, j’ai constaté qu’ils étaient beaucoup plus calmes qu’avant et qu’ils ne frappaient plus les autres enfants et juraient et maudissaient rarement. Lorsque j’ai vu mes enfants commencer à bien se développer, je me suis sentie très reconnaissante et j’ai su que tout cela était en raison des paroles de Dieu et, du fond du cœur, j’ai remercié Dieu !

Les paroles de Dieu me guident sur la manière d’élever mes enfants

En novembre 2017, alors que mon fils ainé était sur le point de terminer la maternelle et de passer en première année, mon mari et moi avons choisi pour lui une école primaire réputée, espérant qu’il étudie beaucoup et obtienne de bons résultats dans l’avenir. À la mi-juillet, nous avons emmené notre enfant faire les tests d’entrée à l’école à l’avance. Après le test, le directeur m’a appelée et m’a dit que la note de mon enfant était la pire parmi des douzaines d’enfants et qu’il ne serait pas à la hauteur de la première année. Il a également dit qu’ils offriraient un deuxième test. Lorsque j’ai appris cette nouvelle, je me suis sentie un peu mal à l’aise, mais mon mari et moi avons quand même emmené notre enfant refaire le test d’entrée à l’école. Quand on a annoncé les résultats du test, j’ai été stupéfaite : mon fils avait passé trois ans à la maternelle, mais n’avait rien appris. Il ne pouvait même pas lire ou écrire l’alphabet et ne comprenait pas l’addition et la soustraction à un chiffre. Mon enfant était sur le point de commencer la première année et ses résultats étaient étonnamment si médiocres ; j’avais peine à croire les résultats. Le directeur m’a également réprimandée et a dit : « Êtes-vous très occupée ? Bien que vous veniez de la Chine, le chinois de votre enfant est si mauvais ; comment l’avez-vous élevé ? » La réprimande du directeur m’a fait me sentir si honteuse. C’était la première fois que je me sentais si ratée en tant que mère. J’avais trop honte pour voir qui que ce soit et n’avais que le désir de trouver un endroit où me cacher.

Lorsque je suis rentrée à la maison cet après-midi-là, mon mari m’a demandé de trouver rapidement une maternelle pour mon fils. Dès que j’ai entendu cela, la colère que j’avais gardée à l’intérieur a immédiatement fait surface ; j’ai perdu le contrôle de moi-même et encore une fois j’ai commencé à me mettre en colère contre mes enfants. Je leur ai dit de se mettre au lit rapidement puis je me suis précipitée dans une petite pièce où j’étais seule, j’ai fermé les fenêtres et les rideaux, je me suis couchée sur le lit et j’ai fait le vide en mon esprit. C’est ainsi que je me suis endormie confuse. Jusqu’à dix-huit heures, je me suis sentie très contrariée et je n’ai pu retenir mes larmes. Je n’avais même pas la motivation pour préparer le diner. Devant de tels résultats, que devais-je faire ? En souffrance, je me suis agenouillée devant Dieu et j’ai prié : « Dieu ! Je n’en peux plus. Je ressens tellement de douleur dans mon cœur. Puisses-Tu m’éclairer et me guider pour que je comprenne Ta volonté. Je suis prête à pratiquer la vérité et à Te satisfaire. » Puis j’ai pensé aux paroles de Dieu : « Il y aura toujours une certaine distance entre ses rêves et la réalité qu’il faut affronter ; les choses ne sont jamais comme on aimerait qu’elles soient, et face à ces réalités les gens ne peuvent jamais obtenir la satisfaction ou le contentement. Certaines personnes vont même faire tout leur possible, consentir de grands efforts et de grands sacrifices pour améliorer leurs moyens d’existence et leur avenir, dans un effort de changer leur propre destin. Mais à la fin, même si elles peuvent réaliser leurs rêves et leurs désirs par leur propre travail dur, elles ne peuvent jamais changer leur destin, et peu importe la façon dont elles essaient avec acharnement, elles ne peuvent jamais aller au-delà de ce que le destin leur a réservé. Indépendamment des différences de capacité, de QI et de la volonté, les gens sont tous égaux face au destin qui ne fait aucune distinction entre les grands et les petits, ce qui est élevé et ce qui est bas, ce qui est exalté et ce qui est moyen. L’occupation que l’on poursuit, ce que l’on fait pour vivre, et combien de richesse on amasse dans la vie, cela ne procède pas de la décision des parents, de ses talents, de ses efforts ou de ses ambitions, mais c’est prédéterminé par le Créateur » (« Dieu Lui-même, l’Unique III »). Des paroles de Dieu, j’ai soudain compris que les gens n’ont pas le dernier mot sur leur destin et leur destination et que personne ne peut changer cela. Cela dépend du contrôle et de la prédestination de Dieu. Peu importe la grandeur de l’ambition et des désirs de quelqu’un ou à quel point ses objectifs et ses espoirs sont magnifiques, cela ne change absolument rien au contrôle et aux arrangements de Dieu en ce qui concerne le destin des personnes. Qui sait combien de personnes ont cherché le succès et un rang élevé, mais se heurtent toujours à un mur. En fin de compte, ils vivent encore toute leur vie comme des gens ordinaires. Beaucoup de gens veulent travailler dur en se basant sur leurs propres efforts et vivre une vie heureuse, mais luttent toute leur vie et n’atteignent pas leur but. Ainsi de suite. On peut souvent voir ces faits autour de nous. Je pense à la façon dont j’étais aussi comme cela lorsque j’élevais mes enfants. Dès la naissance de mes enfants, je me suis particulièrement concentrée sur leur développement et leur éducation et espérais qu’ils deviendraient cultivés, bien élevés et de bonnes personnes. Pour réaliser mes propres désirs, j’avais des exigences strictes à leur égard et j’ai fait de mon mieux pour leur trouver une bonne école, mais même si je m’inquiétais tellement et que je me sentais si fatiguée, à la fin, la performance de mon enfant n’était pas aussi bonne que je l’avais espéré. Ce n’est qu’en lisant les paroles de Dieu que j’ai compris ceci : les réussites scolaires des enfants, leur type de carrière, ce qu’ils feront dans avenir, comment ils gagnent leur vie et ce qu’est leur humanité, tout cela n’est pas basé sur l’éducation à l’école ou à la maison. Tout cela est déterminé par le contrôle et la prédestination de Dieu. En tant que parents, notre travail consiste simplement à faire de notre mieux pour élever nos enfants. Quant à leur destin dans l’avenir et s’ils peuvent être doués ou non, seul Dieu a le dernier mot. J’ai constamment élevé mes enfants selon mes propres exigences et les ai obligés à se développer selon mes propres souhaits. Cela n’est-il pas simplement se libérer du contrôle de Dieu ? C’est aussi une manifestation de désobéissance à Dieu ! Après avoir compris la volonté de Dieu, je L’ai prié : « Dieu, je comprends que l’avenir de mon enfant est entre Tes mains. Je n’élèverai plus mes enfants à ma manière, comme je le souhaite, et je suis prête à Te confier entièrement mes enfants, à placer mes attentes en Toi et à obéir à Ton contrôle et à Tes arrangements. » Après avoir prié, j’ai ressenti de la puissance dans mon cœur et mon cœur a pris des forces.

Le lendemain matin, je suis allée à la recherche d’une école pour mon fils. J’ai continué à prier Dieu en cours de route et à prier que Dieu me guide. J’ai visité deux écoles ce jour-là. Quand j’ai visité la deuxième école, je l’ai vraiment aimée et j’ai trouvé que l’école était très réglementée. Après que les enfants arrivaient à l’école, ils faisaient les exercices du matin et racontaient également leurs propres histoires. Cela paraissait très normal. Les enfants allaient à l’école de huit à dix-huit heures, alors j’avais plus de temps pour assister à des réunions. Je me suis sentie très heureuse et mon fils également était très heureux quand il a vu l’école. J’ai donc décidé de laisser mon fils aller à cette école. Après cela, j’ai mené à bien les procédures d’admission de mon fils et il a été officiellement inscrit ce jour-là.

Un jour après le diner, j’ai enseigné à mon fils ainé à lire en chinois, seulement quelques mots simples : « ciel, terre, gens, et, sol, papa, maman… » Je les lui ai enseignés un bon nombre de fois, mais il ne pouvait toujours pas les écrire. Il écrivait le premier mot et oubliait ensuite le suivant. La colère en moi s’est élevée, j’ai pris un air menaçant et j’ai crié fort : « Que tu es bête ! Tu ne peux même pas apprendre ces quelques mots ! » Mon fils ainé a tellement eu peur qu’il a couru se tenir dans un coin. Je l’ai grondé : « Viens ici et continue à écrire ! » Mon fils ainé ne m’a pas écoutée, alors je l’ai saisi et je l’ai assis sur la chaise. Voyant le regard pitoyable de mon fils ainé, j’ai senti une douleur lancinante dans mon cœur. J’ai pleuré et je suis retournée dans ma chambre et j’ai prié Dieu : « Dieu ! Dès que mon enfant me déplait, je ne peux pas contrôler ma colère. Je ne veux pas traiter mes enfants comme cela. Dieu, puisses-Tu m’aider. » Après avoir prié, je me suis lentement calmée.

Plus tard, je lui enseignais comme d’habitude, mais il n’apprenait toujours pas. Je me suis souvenue d’avoir prié Dieu et je ne me suis plus fâchée. En même temps, j’ai aussi commencé à réfléchir en moi-même. Pourquoi ne pouvais-je pas contrôler mon tempérament quand mon enfant ne me plaisait pas ? En réfléchissant à cela, j’ai pensé à un passage des paroles de Dieu : « Une fois qu’un homme a un statut, il a souvent du mal à contrôler son humeur, et donc il aura le plaisir de saisir les occasions pour exprimer son mécontentement et donner libre cours à ses émotions ; il se mettra souvent en colère sans raison apparente afin de révéler sa capacité et de faire savoir aux autres que son statut et son identité sont différents de ceux des gens ordinaires. Bien sûr, les personnes corrompues sans aucun statut perdront souvent le contrôle aussi. Leur colère est souvent causée par des dommages à leurs avantages individuels. Afin de protéger leur propre statut et leur propre dignité, les hommes corrompus se défouleront souvent de leurs émotions et révéleront leur nature arrogante » (« Dieu Lui-même, l’Unique II »). « Certains font preuve de modération dans leur colère, tandis que d’autres sont plus irréfléchis et s’enflamment de rage chaque fois qu’ils le veulent sans la moindre retenue. En bref, la colère de l’homme découle de son tempérament corrompu. Peu importe son but, elle vient de la chair et de la nature ; elle n’a rien à voir avec la justice ou l’injustice, car rien dans la nature et l’essence de l’homme ne correspond à la vérité » (« Dieu Lui-même, l’Unique II »). Selon ce que les paroles de Dieu ont révélé, j’ai vu que j’étais trop profondément corrompue par Satan, trop arrogante et imposante, et que dans mon identité et mon statut de mère, je réprimais et contraignais toujours mes enfants et dès qu’ils ne répondaient pas à mes exigences et à mes normes, je ne pouvais pas m’empêcher de me fâcher et de les réprimander. En fait, je n’avais aucune raison du tout. N’était-ce pas parce que les résultats de mon fils au test d’entrée à l’école avaient été les pires de tous les enfants que je me fâchais tellement contre lui ? Cela m’avait fait sentir que je perdais la face devant les autres. « Traiter mon enfant si sévèrement et ne pas tenir compte de ses sentiments aujourd’hui, ce n’est pas pour son bien ni pour l’amélioration rapide de sa performance scolaire, mais pour satisfaire ma propre vanité et mon désir d’un statut. Je suis trop égoïste et méprisable ! C’est à cause de mon tempérament arrogant, égoïste et corrompu que je ne peux pas obéir à Dieu et que je veux toujours me libérer du contrôle et des arrangements de Dieu et que je veux tout organiser pour mes enfants en fonction de mes propres capacités et, en fin de compte, nous causer tant de douleur à moi-même et à mes enfants. » En y repensant, je me détestais et ne souhaitais plus vivre selon le tempérament corrompu de Satan ni être dupée par Satan. J’ai donc prié Dieu et demandé à Dieu de garder mon cœur, de me guider par Ses paroles et d’arranger encore plus d’environnements pour me changer et me purifier. Par la suite, j’ai cessé de trop d’exiger de mon fils. Au lieu de cela, je lui ai patiemment enseigné et j’ai fait de mon mieux pour être une mère. Lentement, j’ai cessé de m’inquiéter parce que mes enfants n’apprenaient pas et me sentais particulièrement détendue et heureuse. Quand j’ai regardé mes deux enfants de nouveau, j’ai réalisé qu’ils étaient vraiment mignons et pleins d’entrain, et j’ai alors réalisé à quel point il était injuste pour mes enfants que je les fasse toujours vivre à ma façon et devenir l’image modèle dans mon esprit.

Ce qui m’a surpris par la suite, c’est que mes enfants ont commencé à changer. Auparavant, ils ne se concentraient pas sur leurs études et ne pouvaient s’asseoir correctement en faisant leurs devoirs, effondrés sur la table et voulant jouer après avoir écrit seulement quelques mots. Maintenant, ils étaient réellement capables de s’asseoir et de faire leurs devoirs avec diligence. Durant les derniers jours, mon fils ainé avait été incapable d’apprendre les caractères chinois que je lui avais enseignés à maintes reprises, mais maintenant il s’en souvenait après que je les avais dits seulement une ou deux fois et il pouvait lire quatre ou cinq caractères ensemble. Cela m’a vraiment surprise ; de façon plus inattendue, alors qu’auparavant mes deux fils se disputaient souvent quand ils étaient ensemble, maintenant, ils étaient devenus soudainement bien élevés et ne se disputaient plus. Mon fils ainé, de sa propre initiative, donnait même ses choses préférées à son frère cadet. Quand mon mari a vu la transformation chez nos fils, il m’a demandé avec étonnement comment j’avais élevé nos enfants et pourquoi ils étaient soudainement devenus intelligents et raisonnables. Je me suis dit : est-ce que je leur ai enseigné cela ? C’est un acte merveilleux de Dieu !

Les paroles de Dieu me guident sur la manière d’élever mes enfants

Après avoir vécu cette expérience, je me suis calmée pour réfléchir à mes méthodes antérieures pour élever mes enfants. J’avais toujours élevé et contrôlé mes enfants depuis mon rôle de mère pour les obliger à m’écouter et à faire ce que je disais. Je pensais que c’était le moyen de bien élever les enfants. En fait, lorsque j’élevais mes enfants de cette manière, non seulement ils ne réussissaient pas, mais ils devenaient de plus en plus antagonistes. Mais quand j’ai renoncé à ma chair et que j’ai cessé de vivre selon un tempérament satanique, égoïste et arrogant et que je suis devenue prête à obéir à la domination et aux arrangements de Dieu, à confier mes enfants à Dieu et à remplir mon devoir et mes responsabilités de mère, mes enfants sont devenus obéissants et raisonnables. Maintenant, je comprends que Dieu seul a l’autorité et le pouvoir et que seules les paroles de Dieu peuvent changer les gens et les faire vivre leur vie à la ressemblance d’hommes réels. Donc, je vais exalter Dieu et laisser Dieu exercer le pouvoir dans notre maison. Comme il est dit dans l’échange du supérieur : « Lorsque vous accueillez Dieu dans votre vie réelle, la première chose est de le faire entrer dans votre vie familiale. Dans votre vie familiale, si les personnes avaient l’habitude d’être responsables de votre famille, vous devez leur enlever cette responsabilité. Vous devez dissiper toutes les idoles, faire des paroles de Dieu le maitre de votre maison et permettre au Christ de régner. Mari et femme, père et fils, mère et fille, tous doivent lire les paroles de Dieu ensemble et communier ensemble aux paroles de Dieu. S’il y a des problèmes ou des désaccords, ils peuvent être résolus par la prière, la lecture des paroles de Dieu et la communion de la vérité. Ne faites plus comme vous faisiez, écoutant quelqu’un. Les gens ne devraient pas faire ce que les autres leur disent de faire, ils devraient magnifier le Christ et permettre aux paroles du Christ de gouverner leur famille, permettre aux paroles de Dieu de prendre leur foyer en charge. N’est-ce pas apporter les paroles de Dieu dans votre vie réelle ? »

Alors, j’ai dit à mes enfants : « À partir d’aujourd’hui, maman ne perdra pas son sang-froid de manière déraisonnable et ne criera plus contre vous. Si vous faites quelque chose de mal, maman vous le dira patiemment et si maman fait quelque chose de mal, maman s’excusera auprès de vous. Étudions la parole de Dieu ensemble et grandissons ensemble dans les paroles de Dieu et ne faisons pas des choses que Dieu n’aime pas, d’accord ? » Mes fils ont joyeusement dit : « D’accord ! » Plus tard, je me suis entrainée à ne plus utiliser mon statut de mère pour les réprimer. Lorsque nous faisions face à des problèmes, nous respections tous la grandeur de Dieu et laissions le Christ exercer le pouvoir dans notre foyer. Parfois, je leur parlais fort et ils me disaient : « Maman, Dieu ne t’aimera pas quand tu es comme cela. » Quand ils faisaient quelque chose de mal, je leur expliquais aussi la raison et leur disais comment Dieu aime que nous agissions, et chaque fois ils écoutaient très attentivement. Lentement, ma relation avec mes enfants est devenue de plus en plus étroite. Je leur lis souvent les paroles de Dieu et écoute les cantiques de la parole de Dieu avec eux. Quand ils revenaient de l’école avant, ils regardaient toujours des dessins animés tels que « Robots » sur l’iPad. De nos jours, mes enfants me disent souvent : « Maman, nous allons regarder l’iPad pendant un moment, mais nous ne regarderons pas ce que tu n’aimes pas. Pouvons-nous regarder des vidéos des hymnes de la parole de Dieu ? » Ensuite, ils les regardent tranquillement et parfois ils peuvent les regarder plus d’une heure.

Merci à Dieu d’avoir changé ma vie et celle de mes enfants par Ses paroles ! Dans le passé, j’étais ignorante et idiote et disciplinais mes enfants en fonction de ma propre nature arrogante. Je ne savais pas comment amener mes enfants devant Dieu et par conséquent, plus je les disciplinais, plus ils devenaient rebelles. Maintenant, je comprends que seules les paroles de Dieu peuvent nous changer et nous faire vivre la ressemblance d’un homme réel. Dorénavant, j’apprendrai à exalter la parole de Dieu et amènerai les enfants à croire en Dieu et à Le suivre. Toute gloire soit à Dieu !

Auteur : Xiaoxue, Malaisie

Contactez-nous

Aujourd'hui, les catastrophes sont fréquentes et c'est le moment crucial d'accueillir le retour du Seigneur. Si vous souhaitez accueillir le Seigneur avant les grandes catastrophes et être enlevé devant le trône de Dieu, n'hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions en discuter ensemble.